Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

150 élus du sud de la Seine-Saint-Denis réunis pour réclamer l'arrivée du métro

jeudi 17 mai 2018 à 19:27 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Environ 150 élus se réunissent ce jeudi soir à Neuilly-sur-Marne en Seine-Saint-Denis pour relancer le projet de prolongement de la ligne 11 du métro jusqu'à Noisy-le-Grand et Champs-sur-Marne. Prévu pour 2025, il est "au point mort" selon eux. Des projets immobiliers sont pourtant déjà lancés.

A Neuilly-sur-Marne, sur la ZAC Maison Blanche, 4000 logements sont mis en vente, comptant sur le métro
A Neuilly-sur-Marne, sur la ZAC Maison Blanche, 4000 logements sont mis en vente, comptant sur le métro © Radio France - Rémi Brancato

Neuilly-sur-Marne, France

Environ 150 élus devaient se réunir ce jeudi soir, à Neuilly-sur-Marne, pour un grand conseil municipal commun aux 14 communes du territoire "Grand Paris Grand Est" ( qui regroupe notamment Noisy le Grand, Neuilly sur Marne, Gournay, Clichy-sous-Bois, Montfermeil ou encore Rosny-sous-Bois). Ils réclament que soit relancé le projet de prolongement de la ligne 11 du métro jusqu'à Noisy-le-Grand et Champs-sur-Marne, "au point mort", selon eux. Pour l'instant, les travaux de prolongement s'arrêteront à Rosny-sous-Bois, en 2022. L'Etat avait pourtant promis un prolongement jusqu'à Noisy-Champs pour 2025.

"La parole de l'Etat n'est pas du tout respectée" Claude Capillon, vice- président en charge des transports de Grand Paris Grand Est

"Il y avait eu un engagement ferme de l'Etat en 2011 et quand Jean-Marc Ayrault est venu à Noisy-le-Grand, c'était pour annoncer le prolongement de la ligne 11" rappelle Claude Capillon, maire de Rosny-sous-Bois et vice-président de Grand Paris Grand Est en charge des transports qui ajoute : "la parole de l'Etat n'est pas du tout respectée".

ECOUTER - Claude Capillon estime que l'Etat ne tient pas sa parole

Selon lui, le projet n'est désormais plus inscrit au contrat de plan Etat-Région, ce que les élus ont pu constater lors de réunions avec Ile-de-France Mobilités.  "La ligne doit passer par Villemomble, Neuilly-Plaisance, Neuilly-sur-Marne et c'est un secteur qui est très mal desservi en terme de transports" précise l'élu.

4000 logements et plus de 15 000 futurs habitants, rêvant du métro

Et pour le territoire, l'enjeu économique est important. A Neuilly-sur-Marne, par exemple, 4000 logements doivent sortir de terre d'ici 2028 (dont 1250 dès 2020), sur la Zone d'aménagement concertée "Maison Blanche", où se tient d'ailleurs la réunion des élus, jeudi soir. Sur place, les promoteurs immobiliers commercialisent déjà les logements et 60% d'entre eux seraient déjà partis, selon un vendeur, qui ne souhaite pas répondre à davantage de questions. 

En grosses lettres l'un des panneaux informe du "projet de station de métro ligne 11". Certaines plaquettes de promoteurs immobiliers indiquent même le trajet du prolongement de la ligne jusqu'au pied des futurs immeubles mais les vendeurs assurent informer les clients que le projet est au point mort.

ECOUTER - A Neuilly-sur-Marne, le projet immobilier tablait sur l'arrivée du métro

"C'est dommage parce que ce sera un magnifique quartier mais on va rendre très compliquée la vie des habitants" regrette Bernard Flam le président de l'association syndicale libre des industriels de la zone de Chamoux, située à Neuilly-sur-Marne. "Je demande que l'Etat garde ses engagements" ajoute-t-il. L'entreprise de climatisation de Cédrick Chevrier, président du club des entrepreneurs, est situé dans la même zone, accessible uniquement par bus depuis le RER. Il peine à recruter et comptait sur le métro "un argument massue pour faire venir" les candidats.