Transports

24h pour rallier Toulouse à Oran : le calvaire de 118 passagers d’Aigle azur

Par Stéphanie Mora, France Bleu Toulouse et France Bleu mercredi 3 août 2016 à 22:15

Aigle azur est une compagnie française. Elle a sous-traité ce vol à une compagnie charter.
Aigle azur est une compagnie française. Elle a sous-traité ce vol à une compagnie charter. © Maxppp - maxppp

Suite à une avarie moteur, l’avion qui a décollé de Toulouse-Blagnac a fait demi-tour au bout de 15 minutes mardi. S’en sont suivies de longues heures d’attente et d’incertitudes pour les voyageurs qui affirment n'avoir reçu aucune information. Témoignages et explications de la compagnie.

Normalement il faut moins de 90mn pour relier Toulouse à Oran en avion. Mais mardi, rien ne s’est passé comme prévu pour les 118 passagers du vol ZI755.

« C’était un avion poubelle ! »

Quinze minutes après le décollage, le commandant de bord annonce qu’il fait demi-tour et se pose en urgence à Blagnac. Les passagers racontent qu’ils ont vu de la fumée sortir d’un des réacteurs. L’angoisse est palpable dans le cockpit d’autant que l’appareil, d’emblée, n’a pas inspiré confiances à plusieurs passagers : pas de siglage sur la carlingue, des traces de rouille... Zaki : « Il y avait des valises entreposées dans les toilettes ! Il ne donnait pas l’impression qu’il était en bon état cet avion ».

Les passagers racontent leur calvaire au micro France Bleu Toulouse de Rémi Vallez

A l’atterrissage, passée la frayeur, les passagers se retrouvent seuls. Tous racontent qu’aucun personnel d’Aigle Azur n’est venu vers eux. Ils passent trois heures dans une salle dans l’aéroport jusqu’à ce qu’une hôtesse de la compagnie leur annonce qu’ils seront nourris et hébergés dans un hôtel près de l’aéroport. Le problème c’est que parmi les voyageurs certains sont plus démunis que d’autres comme ces deux garçons de 10 et 12 ans qui voyagent seuls pour rejoindre leur père. Yamina, la maman est furieuse. Elle affirme que la compagnie ne l’a pas prévenue. C’est Ali, un autre passager âgé de 20 ans, qui a pris les enfants sous son aile et prévenu leur mère vers 23h : « On joue pas avec les gens comme ça ! Imaginez-vous, avec tout ce qui se passe, dans quel état j’étais ! Heureusement ce monsieur a pris les enfants avec lui dans la chambre. Moi je n’ai eu aucun contact avec la compagnie». Et c’est bien ce que tous les passagers reprochent. Le comptoir d’Aigle Azur est fermé le mercredi. Aucun responsable ne serait venu les rassurer ou les informer. C’est le même personnel de bord le lendemain qui leur annoncera qu’un autre avion est affrété pour 17h. Le vol Toulouse-Oran a finalement décollé à 17h45 de Blagnac, 24h après.

"On ne joue pas avec les gens comme ça!" Yamina maman de 2 passagers mineurs.

Les explications de la compagnie

Aigle azur est une compagnie française qui connait ces jours-ci un mouvement de grève. La compagnie s’est contentée d’un communiqué pour donner sa version des faits. En voici quelques extraits :

« Compte tenu du mouvement social du Personnel Navigant Technique déclenché le 28 juillet dernier et en vigueur jusqu’au 4 août inclus, Aigle Azur a été contrainte de réorganiser son programme de vols en faisant opérer certaines liaisons par d’autres appareils de compagnies européennes, ce qui est une pratique habituelle dans ce type de situation. Dans ce contexte, le vol ZI755 Toulouse-Oran était opéré avec un appareil de la compagnie Maleth Aero AOC Limited, une compagnie aérienne créée en 2011 et basée à l’aéroport international de Malte, qui opère plusieurs vols commerciaux pour des compagnies régulières ou encore des vols chartérisés (…) L’appareil en question, un Boeing 737-300, a connu un problème technique de l’indicateur moteur après le décollage, qui ne met en cause ni le moteur, ni son état mécanique. (…) L’atterrissage s’est déroulé dans des conditions de sécurité optimale et les passagers ont pu être débarqués tout à fait normalement. (…) Les clients ont été immédiatement pris en charge par l’assistance commerciale d’Aigle Azur à Toulouse et ont été ensuite hébergés à l’hôtel. Aigle Azur regrette cet incident indépendant de sa volonté et présente ses excuses aux passagers impactés. »

Hier au moment d’embarquer une seconde fois, plusieurs passagers ont confié leur volonté de porter plainte contre la compagnie et d’obtenir le remboursement des billets.