Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

300 passagers en partance pour le Maroc bloqués dans le port de Sète

-
Par , France Bleu Hérault

300 passagers en partance pour le Maroc sont bloqués depuis samedi dans le port de Sète, la préfecture de l'Hérault exige un nouveau protocole sanitaire qui vient tout juste d'être validé. Prochain départ sans doute mercredi.

Les passagers dorment dans leur voiture depuis trois jours
Les passagers dorment dans leur voiture depuis trois jours © Radio France - Loïc Tournier

Il y a une semaine des passagers en provenant de Nador au Maroc étaient empêchés de débarquer dans le port de Sète en raison de suspicion de cas de Covid sur le paquebot GNV . Cette fois ce sont des passagers à destination du Maroc qui sont coincés dans le port de Sète.

Près de 300 personnes qui devaient embarquer jeudi dernier pour Tanger sont toujours bloqués à quai, victimes de la crise sanitaire et contraintes de patienter jusqu'au feu vert de la préfecture.

"On n'a aucune information, aucune aide, on est dans le flou"

"On peut comprendre la décision de la préfecture, mais on n'a aucune information, la préfecture et la compagnie se renvoient la balle et aucune aide et on attend depuis 5 jours dans le froid. Les gens achètent à manger dans les supermarchés pour faire à manger rapidement mais regardez ici, c'est une décharge, et les toilettes n'ouvrent qu'à 14 heures. On n'a pas de masques, et j'entendais un homme qui racontait que sa maman était mourante au Maroc, elle a besoin de lui !" raconte Bensalem arrivé de Nantes pour partir au Maroc

"On a payé nos billets super chers, 680 euros pour un aller simple avec une voiture, c'est du jamais vu ! Et on a aucune information, on est dans le flou"'

Bensalem, un des passagers en attente dans le port de Sète

La préfecture a estimé que le protocole sanitaire qui avait été mis en place par la société GNV pour gérer ce cas de Covid était incomplet et donc par mesure de prudence, elle a décidé de suspendre les lignes dans l'attente de la renégociation d'un protocole sanitaire qui soit à la hauteur des enjeux. 

"Nous avons ouvert un terminal pour permettre aux passagers en attente de stationner en toute sécurité".

Les voyageurs ont été prévenus mais comme certains arrivent de loin, il était déjà trop tard. "Compte tenu de la situation d'encombrement et du nombre de passagers vendredi, on a du ouvrir le terminal de pré embarquement, permettant aux passagers, de stationner leur véhicule en toute sécurité sur le site, avec un gardiennage 24 heures sur 24" explique Olivier Carmes, le directeur du port.

Un nouveau protocole sanitaire a été validé par la préfecture

Un nouveau protocole sanitaire a donc été élaboré ce lundi matin. Tous les passagers doivent passer un test PCR et un test sérologique de moins de 48 heures, les équipages aussi devront aussi être testés au départ et à l'arrivée permettant effectivement d'avoir un suivi du personnel personnel à bord. Tous les tests devront être transmis à la PAF, la Police aux Frontières avant le départ. 

Il a été demandé également, avant chaque départ du Maroc, d'attendre l'autorisation de l'État français de pouvoir appareiller avant de partir du Maroc pour éviter d'avoir des navires bloqués en mer sans avoir de port d'arrivée. 

"C'est compliqué pour tout le monde, mais nous avons bon espoir de faire partir un bateau mercredi et un autre vendredi."

"C'est vrai que la situation, lorsqu'on a repris la ligue au 15 juillet, n'était pas la même qu'aujourd'hui avec la reprise des cas de Covid. C'est très compliqué pour les passagers, très compliqué aussi pour le port et la compagnie. Mais l'objectif est maintenant de pouvoir reprendre les rotations _sur le long terme_. Il faut très rapidement que les 300 passagers qui sont aujourd'hui en attente puissent partir." rajoute Olivier Carmes

Un bateau GNV pourrait partir mercredi, un autre navire Baléria vendredi et peut-être un troisième entre les deux. "C'est déjà pas mal. Vous savez qu'à Marseille, les traversées avec l'Algérie n'ont jamais repris. Il faut aussi expliquer qu'on a beaucoup de passagers, car il n'y a plus de départ d'Espagne.

Nous sommes seulement deux ports à assurer des liaisons avec le Maghreb, Gênes en Italie et Sète. C'est quand-même bien qu'on ait réussi à maintenir ses liaisons avec le Maroc, Sète étant le port d'attache historique du Maroc".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess