Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

43.000 habitants des Hauts-de-France ont bénéficié de l'aide au transport depuis son lancement

mardi 6 novembre 2018 à 18:05 Par Sophie Morlans, France Bleu Nord et France Bleu

Emmanuel Macron a annoncé mardi qu'il souhaitait étendre le système de l'aide au transport. Mise en place par la région des Hauts-de-France depuis mars 2016, cette aide de 20 euros par mois, sous condition de ressources, est destinée aux personnes qui n'ont pas accès aux transports en commun.

L'aide est réservée aux habitants des zones peu desservies par les transports en commun
L'aide est réservée aux habitants des zones peu desservies par les transports en commun © Maxppp - Baziz Chibane

Lille, France

Emmanuel Macron veut étendre et défiscaliser le dispositif d'aide au transport, qui existe depuis 2016 dans les Hauts de France.  Le principe: une aide de 20 euros par mois pour les personnes qui touchent moins de 2.300 euros net, qui vivent dans une commune avec peu ou pas de transports publics ou qui travaillent en horaires décalés.  Parmi ces bénéficiaires, Eloïse Dootz. Cette sage-femme habite à Lille et travaille au centre hospitalier de Dunkerque, souvent de nuit. "Mes horaires ne sont pas compatibles avec ceux des transports en commun, et l'hôpital est de toute façon loin de la gare", explique la jeune femme, qui apprécie cette aide. "Ce n'est pas grand chose, 20 euros par mois, mais ce n'est pas négligeable, car je fais 2.000 kms par mois en voiture pour aller travailler".

Comme Eloise, ils sont 14.000 à recevoir cette somme depuis le début de l'année.  Il faut pour cela fournir une série de documents, adresse, contrat de travail. "Cela représente beaucoup de formalités pour les personnes qui travaillent en CDD, comme moi", déplore la sage-femme.  "Certains de mes collègues ont d'ailleurs abandonné l'idée de faire une demande, c'est trop compliqué." Les dossiers sont traités le plus rapidement possible, assure-t-on au Conseil Régional. 

Il s'agit, avec ce dispositif, de lutter contre la désertification de certains territoires comme le ternois, Fourmies, Maubeuge, ou encore l'Aisne ou la Somme. Cette aide vient s'ajouter aussi à d'autres dispositifs en faveur de l'emploi, comme le prêt d'une voiture pour 2 euros par mois, le prêt de 1.000 euros pour passer son permis de conduire ou encore une aide de 30 euros par mois pour la garde des enfants. 

Le président de la République a annoncé mardi vouloir défiscaliser cette aide.  "Il était temps! " commente Franck Dhersin, vice-président en charge des transports au Conseil Régional. "Nous réclamions cette défiscalisation depuis 2 ans,  nous avons écrit 3 fois au gouvernement pour dénoncer ces impôts à payer sur une aide que nous versons! Nous sommmes heureux que le Chef de l'Etat nous ait enfin entendus!"

La Région affirme être la seule à proposer cette aide pour laquelle elle a dépensé 7 millions d'euros.  "Cela n'a rien coûté aux habitants de la région", souligne l'élu. Selon lui, le dispositif est financé par les importantes économies réalisées sur le train de vie de la Région depuis l'arrivée de Xavier Bertrand à sa tête: 242 millions d'euros.