Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Le projet de l'A45 entre Saint-Étienne et Lyon

A45 : l'État demande à Saint-Étienne-Métropole de revoir sa copie

jeudi 28 janvier 2016 à 6:44 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Encore une péripétie dans le dossier de l'A45. Lundi, le gouvernement demande à Saint-Étienne Métropole de revoir sa copie sur le financement de la nouvelle autoroute. Le problème : l'engagement de financer 211 millions d'euros ne serait pas assez clair selon l'État.

Encore une péripétie dans le dossier A45.
Encore une péripétie dans le dossier A45. © Radio France - Sandrine Morin

Saint-Étienne, France

Cette contestation ne veut pas dire que le projet d'A45 a du plomb dans l'aile. C'est toutefois une péripétie de plus qui montre que le dossier est loin d'aboutir. Le premier problème, c'est une histoire de timing. Les élus de l'agglomération vont devoir revoter très vite lors de la prochaine réunion, le 4 février.  Il faudra même peut-être convoquer un conseil extraordinaire. Il y a urgence : la date butoir c'est le 30 avril 2016, fin de l'appel d'offre.

D'ici là, il faut trouver les autres financements promis pour alléger les 422 millions de la facture que se partage le département de la Loire et Saint-Étienne Métropole.

Justement, le but de la délibération désapprouvée par le ministère, c'était aussi de donner le pouvoir à Gaël Perdriau de négocier et d'aller chercher des fonds complémentaires notamment auprès de la Région Rhône-Alpes-Auvergne. On est donc bloqué, un nouveau vote est obligatoire. Mais un vote où la somme de 211 millions d'euros sera écrite noir sur blanc. Cela risque d'avoir beaucoup de mal à passer. 80 % des maires sont contre. Pour le premier vote, on leur avait expliqué que l'engagement sur cette somme n'était que pour la forme, qu'il était hors de question de réellement les financer. Difficile de croire qu'ils n'auront pas un peu plus de mal à voter cette nouvelle délibération.