Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

80 km/h : Laurent Wauquiez mène la fronde dans les départements

jeudi 26 avril 2018 à 15:57 Par David Valverde, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu Saint-Étienne Loire

Entouré de représentants de l'essentiel des départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes qui soutiennent sa fronde, Laurent Wauquiez a réaffirmé ce jeudi matin à Lyon sa volonté de s'opposer à l'application stricte des 80km/h sur le réseau secondaire dès le mois de juillet.

Laurent Wauquiez, entouré de représentants de la Loire, de la Drôme, de l'Ain, de l'Allier et de l'Isère.
Laurent Wauquiez, entouré de représentants de la Loire, de la Drôme, de l'Ain, de l'Allier et de l'Isère. © Maxppp - David Valverde

Laurent Wauquiez ne veut pas de l’abaissement de la vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire. Mesure qui doit entrer en vigueur en juillet prochain. Le Président Les Républicains de la Région Auvergne-Rhône-Alpes l’a affirmé de nouveau ce mercredi matin à Lyon, quelques jours après un couac : il y a deux semaines un point presse à l’Hôtel de Région pour défendre cette position avait été annulé, faute de convaincre un nombre suffisant de présidents de Conseils départementaux. Cette fois-ci, il est soutenu par une majorité de conseils départementaux

"Définir ensemble où il y a des dangers"

Une fronde au nom selon Laurent Wauquiez des départements face au pouvoir parisien, au nom de certaines entreprises qui perdraient sur un an l'équivalent d'un mois de chiffre d'affaire en réduisant la vitesse de leurs transporteurs, et au nom de la sécurité routière qui se jouerait plus sur l'infrastructure que sur la vitesse. Il ne veut pas d'une application générale du 80km/heure mais qu'on laisse à chaque département la responsabilité de l'appliquer là où c'est nécessaire : "A l'échelle de chaque département il y a un comité qui associe des usagers de la route, des élus, le Préfet. Ensemble ils définissent les tronçons sur lesquels il y a vraiment des dangers et sur lesquels, là, on est d'accord pour passer à 80 km/h. Mais que sur les autres on laisse la liberté." 

"Des élus pris à contre poil"

Aujourd'hui donc 11 conseils départementaux sur 13 sont avec Laurent Wauquiez sur cette idée, dont Claude Riboulet, président du département de l'Allier qui estime que "pour une cause aussi noble et aussi juste, d'avoir pris des élus et des territoires à contre poil et de ne pas nous avoir associé en amont, ce n'est sans doute pas la meilleure approche." Aujourd'hui il n'y a que le Puy de Dôme et l'Ardèche qui n'affichent pas leur soutien officiel au président de la région sur ce dossier. Mais selon Laurent Wauquiez cela ne veut pas dire qu'ils approuvent le passage à 80km/heure. "Pas du tout parce qu’il y a eu un travail en commun avec le département du Puy de Dôme. Sur l'Ardèche ils avaient déjà pris des mesures de leur côté. Globalement cette position est très partagée à l'échelle de la Région. Indépendamment même des sensibilités politiques."

Il reste un peu plus de deux mois aux départements pour s'organiser et appliquer cette fronde régionale à leur échelle.