Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

800 Franciliens manifestent pour les berges piétonnes

samedi 10 mars 2018 à 20:22 Par Lisa Melia, France Bleu Paris

Rouvrir ou ne pas rouvrir la voie sur berge ? Les anti-voitures ont manifesté ce samedi après-midi pour réclamer la piétonnisation des berges de Seine.

Quelques 800 Franciliens sont venus manifester Quai Georges Pompidou
Quelques 800 Franciliens sont venus manifester Quai Georges Pompidou © Radio France - Lisa Melia

Paris, France

"Aujourd'hui, les parents quittent Paris parce qu'il n'y a pas d'espace pour les enfants." Charlotte Lemahieu, de l'association Paris en Selle, peste contre la ré-ouverture des voies de berge, suite à l'annulation de l'arrêté de la Ville de Paris, le mois dernier, par le tribunal admnistratif. Pour la jeune femme, les trois kilomètres de la voie Georges Pompidou doivent appartenir aux cyclistes, aux skaters, aux promeneurs et aux poussettes. A l'appels de plusieurs associations, près de 800 personnes sont donc au rendez-vous, ce samedi après-midi, pour s'opposer à la réouverture des berges aux voitures.

"Il faut penser à la santé de nos enfants"  

Les parents, en effet, sont venus nombreux. Marion, son conjoint et leurs deux enfants, ne supportent plus les voitures : "Elles sont trop nombreuses, il y a des pics de pollutions majeurs. Les voies sur berge représentent le début d'une autre façon de vivre à Paris. C'est pour cela qu'il ne faut pas lâcher, sinon ça signifie qu'on pense plus aux automobilistes, qui sont peu nombreux, qu'à la santé de nos enfants."  

Et c'est le leitmotiv de la plupart des promeneurs à poussette : la santé des plus jeunes et le partage de l'espace, trop favorable, selon eux, aux voitures. "Nous sommes là pour que nos enfants respirent un air de qualité", a lancé Anne Hidalgo, "nous sommes dans le sens de l'Histoire, c'est nous qui portons l'avenir", a-t-elle ajouté en assurant que cette mobilisation était "suivie par tous les maires du monde qui mènent les mêmes combats que nous". La Maire de Paris a signé jeudi dernier un nouvel arrêté de piétonnisation des voies sur berges.

Les parents parisiens opposés à la réouvertures des berges aux voitures

"Sans voitures, Paris est la ville parfaite !" 

La piétonisation est tout de même au coeur d'une polémique entre Paris et sa banlieue : opposition entre Parisiens aisés qui ont les moyens d'habiter intra-muros, de se déplacer en vélo et de se contenter des transports en commun et les Franciliens, soumis à un réseau vétuste et souvent en panne, ce qui les oblige à compter sur leur voiture pour rejoindre leur lieu de travail. La méthode d'Anne Hidalgo est aussi décriée par la majorité LR du Conseil régional, dirigé par Valérie Pécresse.  

Des arguments qui ne convainc pas les manifestants. "Je suis un proche-banlieusard, affirme Yann. Je vis à Issy-les-Moulineaux et j'utilise l'autoroute cyclable, ça me convient parfaitement. Je suis aussi papa de deux jeunes enfants, tous les deux asthmatiques. Quand il y a des pics de pollution, nous n'avons pas le choix : les enfants restent enfermés et parfois, nous sommes même obligé de quitter Paris."  

Quitter Paris, Marion n'en a pas envie. Elle met en avant le fait qu'il y a plus de travail à Paris, mais aussi la richesse culturelle dont elle fait profiter ses enfants. "Si les choses ne s'améliorent pas, nous irons habiter ailleurs. C'est pour cela qu'on espère que la piétonisation va gagner du terrain. Sans voiture, Paris est la ville parfaite, ou presque !"

En vélo ou à poussette, les anti-voitures se sont retrouvé quai Georges Pompidou - Radio France
En vélo ou à poussette, les anti-voitures se sont retrouvé quai Georges Pompidou © Radio France - Lisa Melia