Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

A480 : le recours des opposants est rejeté par le tribunal administratif de Grenoble

vendredi 1 mars 2019 à 15:51 Par Véronique Saviuc, France Bleu Isère

Le tribunal administratif de Grenoble a rejeté les recours des quatre citoyens opposés au réaménagement de l'A480 à l'ouest de Grenoble. Les magistrats estiment qu'"en l'état de l'instruction, aucun des moyens n'est propre à créer un doute sérieux quant à la légalité de l'arrêté du préfet".

Le projet de réamniagement de l'A 480 peut se poursuivre
Le projet de réamniagement de l'A 480 peut se poursuivre © Maxppp -

Grenoble

Le préfet de l'Isère a signé le 23 juillet 2018 l'arrêté qui déclare d'utilité publique le projet d'aménagement de l'autoroute A480 et de l'échangeur du Rondeau. Quatre citoyens opposés à ce projet avaient saisi le tribunal administratif de Grenoble en référé pour contester la légalité de cet arrêté.

L'audience s'est tenue mardi 26 février. Les magistrats grenoblois ont rendu leur décision ce vendredi. Ils ont rejeté les arguments des opposants en estimant qu'"en l'état de l'instruction, aucun des moyens n'est propre à créer un doute sérieux quant à la légalité de l'arrêté du Préfet".

Aucun argument de nature à créer un doute sur la légalité du projet, selon les magistrats

Les opposants estimaient qu'il fallait engager une nouvelle concertation sur le projet parce que le projet retenu était, selon eux, différent de celui sur lequel avait été menée la consultation en 2011. Ils jugeaient insuffisante l'étude d'impact, notamment à propos de la tenue du la digue le long du Drac. Ils dénonçaient aussi l'absence d'un mur antibruit sur une portion de l'ouvrage, l'absence d'un avis du SMTC, le syndicat des transports en commun de l'agglomération grenobloise et le manque de précisions sur les biens à exproprier.

Les opposants attendent maintenant le jugement "sur le fond" dans quelques mois

Le tribunal n'a retenu aucun de leurs arguments, ce qui ouvre la voie à ce vaste chantier de 380 millions d'euros (300 millions financés par la société AREA pour le passage à deux fois trois voies d'une partie de l'autoroute) et 80 millions pour le remodelage de l'échangeur du Rondeau (financés par l'Etat, la métropole, le département et la région). 

Après cette première décision en référé (après un examen du dossier en urgence), les opposants attendent maintenant le jugement des magistrats grenoblois sur le fond du dossier qui devrait intervenir dans quelques mois.