Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

À Cerbère, cheminots, usagers et élus s'opposent à la fermeture de l'atelier maintenance de la SNCF

samedi 7 avril 2018 à 5:20 Par Tanguy Bocconi, France Bleu Roussillon

Une manifestation a rassemblé une soixantaine de personnes vendredi matin à Cerbère (Pyrénées-Orientales) pour réclamer le maintien de l'activité d'entretien des trains sur ce site. Les cheminots dénoncent un gâchis humain et financier et sont inquiets pour l'avenir de la ligne Perpignan-Cerbère.

Manifestation sur le site SNCF de Cerbere
Manifestation sur le site SNCF de Cerbere © Radio France - Tanguy Bocconi

Cerbère, France

La fermeture du site de maintenance de Cerbère est programmée pour le 2 juillet prochain. Conséquence de cette décision, une centaine de voitures de trains corail vont être envoyées à la casse, et douze agents de la SNCF vont devoir être réaffectés ailleurs. Les cheminots en appellent à la mobilisation des élus et des habitants pour tenter de sauver ce site déjà menacé de fermeture en 2009, et dénoncent la dispersion d'un savoir faire technique ainsi qu'un énorme gaspillage d'argent public.

Une centaine de voitures de trains corail envoyées à la casse

La SNCF veut mettre fin à l'exploitation du matériel des trains corail pour le trafic des TER, alors qu'elle représente l'essentiel du travail de maintenance réalisé à Cerbère. Pour Georges Gauby, cheminot retraité et syndicaliste CGT, cette décision va se traduire par un énorme gaspillage d'argent public : "Ce sont plus de 100 voitures qui vont être détruites, alors que certaines ont été rénovées en 2009 pour plusieurs millions d'euros !! C'est un scandale, un véritable gâchis financier et humain."

Un constat partagé par Patrice Fons, délégué personnel CGT : "Tous ces trains pourraient tout à fait rouler pendant encore vingt ans, et il y aurait du monde pour les prendre, si la SNCF s'en donnait les moyens, avec des horaires et des arrêts adaptés aux besoins de la population !"

Le maire de Cerbère inquiet pour le devenir de sa commune

Au delà du sort des agents du site et de l'entreprise SNCF, cette fermeture programmée impactera directement la population de Cerbère, souligne le maire et ancien cheminot Jean-Claude Portella : "Nous n'avons aucun moyen de reconversion économique ici ! Nous sommes sommes limités par les règles d'urbanisme et la loi littoral. En tuant le train, on tue la commune à petit feu. Quand je suis arrivé ici en 1966, plus de 500 cheminots travaillaient sur le site de Cerbère, aujourd'hui ils ne sont plus qu'une centaine."

Reportage sur la mobilisation contre le site maintenance de Cerbere

Comme une centaine d'autres, cette voiture est promise à une destruction prochaine - Radio France
Comme une centaine d'autres, cette voiture est promise à une destruction prochaine © Radio France - Tanguy Bocconi
Plusieurs voitures qui doivent être envoyées à la casse ont été rénovées en 2009 - Radio France
Plusieurs voitures qui doivent être envoyées à la casse ont été rénovées en 2009 © Radio France - Tanguy Bocconi