Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Crozant, le pont qui relie la Creuse à l'Indre a été démoli... et sera reconstruit d'ici l'été

-
Par , France Bleu Creuse, France Bleu Berry

En travaux depuis octobre dernier, le pont de Crozant a été démoli. En 2017, le département de la Creuse s'aperçoit que l'édifice est profondément fragilisé. Trois ans plus tard, le département de l'Indre en charge des travaux se rend à l'évidence : il faut démolir le pont.

Le nouveau pont de Crozant devrait être prêt d'ici le mois de juin 2021. L'ouvrage de 45 mètres de long relie la Creuse (à droite) à l’Indre (à gauche).
Le nouveau pont de Crozant devrait être prêt d'ici le mois de juin 2021. L'ouvrage de 45 mètres de long relie la Creuse (à droite) à l’Indre (à gauche). © Radio France - Matthieu Le Meur

Béton fragilisé, ferraille oxydées, après 70 ans de bons et loyaux services, le pont de Crozant, sur lequel transitent environ 500 véhicules chaque jour, était bien trop fragilisé pour une démolition classique. Lors de sa construction en 1952, les architectes utilisent une technique alors novatrice : le béton précontraint. L'idée était de placer l'ouvrage sous tension pour qu'il résiste mieux à d'éventuels chocs ultérieurs.

Une démolition classique ? Impossible

Mais 70 ans plus tard, l'immense tension qui traversait l'ouvrage rendait impossible une démolition classique. Le département de l'Indre, qui supervise les travaux, voulait à tout prix éviter de renverser des gravats dans la rivière.

La solution ? Monter un étaiement, une sorte de sous-charpente sous le pont à démolir. La structure a été construite pendant l'automne 2020, et début janvier, le pont a enfin pu être démoli : une pelle à mâchoire a grignoté le tablier en béton.

Une manœuvre ingénieuse, qui a coûté un millions d'euros. Le coût total du chantier s'élève maintenant à trois millions d'euros. C'est bien le département de l'Indre qui s'occupe de la maîtrise d'ouvrage, mais la Creuse met aussi la main au portefeuille. Le pont est mitoyen, on fait donc moitié-moitié. La facture s'élève finalement à un million d'euros et demi pour chaque département.

Un chantier dans les temps

Et malgré cette contrainte au moment de la démolition, les travaux n'ont pas pris de retard. Ce mercredi, le premier appui du nouveau pont a été installé, côté Indre. 

Il reste maintenant à finir les travaux côté Creuse, et à installer les poutres de 15 mètres de long qui vont soutenir l'ouvrage, sur les 45 mètres qui séparent les deux départements. En comptant l'installation du nouveau tablier en béton, de la chaussée, et des finitions de dernière minute (trottoirs, balustrades), le département de l'Indre table sur un rendu du chantier fin mai 2021. Soit avec quelques semaines d'avance sur le planning initial.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess