Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"On a fait Noël à deux dans mon camion", la drôle soirée d'un chauffeur d'Evreux bloqué au Royaume-Uni

Des centaines de chauffeurs routiers sont toujours bloqués au Royaume-Uni, dans l'attente de pouvoir rentrer en France. Grégory Lambany, habitant d'Evreux en fait partie. Il nous a raconté sa soirée de Noël, bloqué dans son camion.

Les camions avancent très lentement à mesure que les chauffeurs reçoivent les résultats de leur test.
Les camions avancent très lentement à mesure que les chauffeurs reçoivent les résultats de leur test. © Maxppp - Andy Rain

Depuis lundi, Grégory Lambany, chauffeur routier habitant d'Evreux, est bloqué, comme des milliers d'autres, à la frontière du Royaume-Uni. Pour pouvoir rentrer en France, il doit présenter un test négatif. La file d'attente est impressionnante et les routes ne se débloquent que très lentement. Il a donc passé la soirée du réveillon dans son camion et ne pense pas pouvoir rentrer avant la fin de l'année. Il témoigne auprès de France Bleu Normandie. 

Grégory Lambany nous a donné de ses nouvelles par texto ce vendredi soir, signalant que des colis alimentaires, de l'eau et des vivres, avaient été distribués par les autoritaires britanniques, au bout de cinq jours.

Des colis alimentaires ont été distribués aux routiers bloqués ce vendredi soir par les autorités britanniques
Des colis alimentaires ont été distribués aux routiers bloqués ce vendredi soir par les autorités britanniques © Radio France - Grégory Lambany

France Bleu Normandie  : Comment s'est passé votre réveillon, très particulier cette année ? 

Grégory Lambany : J'ai un collègue qui est avec moi un peu plus loin, on l'a fait tous les deux. On ne s'est pas couché trop tard, on avait une boîte de pâté, une biscotte, on s'est pas laissé abattre. On s'est dit "Joyeux Noël", et on s'est aussi dit qu'on se rappellerait de ce Noël 2020. On pensait qu'on aurait peut-être droit à un petit colis bien sympa mais en fait non, rien du tout. 

On espérait faire Noël en famille avec les enfants, mais même eux de leur côté ils n'ont rien fait. On va juste décaler Noël, même si c'est après janvier. On doit bien s'adapter. 

Quelle est la situation aujourd'hui, comment ça avance ? 

Toutes les trente heures, on doit faire un kilomètre et demi. Ça n'avance pas. On a appris que l'armée et des pompiers français étaient arrivés pour faire des tests pour le Covid. Mais on a appris ça sur les réseaux sociaux parce que personne ne vient nous voir, on ne nous dit rien. 

Même au niveau de la nourriture, de la flotte, on commence à être en saturation. Je ne sais pas ce que ça va donner

Vous n'avez plus de quoi tenir ? 

Ça devient compliqué. On a compté qu'on serait là même après le 1er janvier. On va revenir vraiment bien après les fêtes ! On doit faire les tests, on doit attendre les résultats, après on doit prendre le tunnel... Il y a une file interminable. C'est clair qu'on rentrera bien après les fêtes. 

ECOUTEZ - Le Noël très spécial de Grégory Lambany, chauffeur routier bloqué en Angleterre

Quel est le sentiment qui domine aujourd'hui ? 

On est à l'abandon ! On est parqués comme des chiens. Moi j'ai desservi l'Angleterre en alimentation pour Noël, pour les gens. Et il n'y a aucune reconnaissance. Je ne crois pas du tout que ça se débloque rapidement. Il y a beaucoup trop de camions. Tout est blindé partout sur l'autoroute. Espérons qu'on soit négatif aux tests, parce que sinon ils nous garderont ici, il faudra voir un médecin... 

J'ai déjà été bloqué dans ma carrière de routier mais ce n'était rien à côté de ce qu'on vit là, c'est vraiment affreux

Ici les chauffeurs n'en peuvent plus. Mais moi je garde mon calme, ça sert à rien de s'énerver. Mais si vraiment on manque de nourriture... Je sais pas comment on va être. Là, on n'a plus qu'à attendre, on croise les doigts et on verra. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess