Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A la Roche-sur-Yon, les pistes cyclables ne font pas que des heureux

-
Par , France Bleu Loire Océan

La municipalité de la Roche-sur-Yon, en Vendée, a décidé de pérenniser plusieurs des pistes cyclables qui avaient été mises en place au moment du déconfinement. C’est le cas sur des axes très passants, mais la suppression de voies jusque-là réservées aux voitures suscite quelques énervements...

Des pistes cyclables sans vélo, mais une rue bien embouteillée
Des pistes cyclables sans vélo, mais une rue bien embouteillée © Radio France - Philippe Rey-Gorez

C'est dans l'air du temps : le vélo comme mode de déplacement en ville, est à la mode. Ca a été le cas au moment du déconfinement, par crainte du coronavirus dans les transports en commun, mais cette tendance se confirme. A tel point que dans beaucoup de villes, des pistes cyclables temporaires, qu'on avait baptisé « coronapistes », ont été pérennisées.  C'est le cas à la Roche-sur-Yon, en Vendée, y compris sur des axes très fréquentés par les voitures, par exemple sur l'axe en direction de Nantes en partant du centre-ville, rue Gutenberg avenue Aliénor d’Aquitaine.    

Les cyclistes, comme Véronique, enseignante dans un lycée tout proche sont bien sûr enchantés : « je me sens beaucoup plus en sécurité par rapport à avant, où se faisait quand même un peu bousculer par les voitures ». En revanche, dans les voitures, c’est énervement maximal.  Pour créer les pistes, il a fallu supprimer une voie dans chaque sens, alors, forcément, on roule moins bien, dit Elise : « c’est une horreur. On est dans une zone où il y a majorité des bureaux, on débauche tous quasiment à la même heure, et il faut compter 30 minutes de bouchon matin et soir ». Même point de vue de la part de Philippe : « ca bouchonne plus qu’avant, c’’est certain, je l’ai constaté, Et ce n’était pas nécessaire, parcequ’il y a pas de vélo ». 

C’est  vrai,  il y a très peu de cyclistes. C'est normal, et  ça viendra, répond Laurence Gillaizeau, conseillère municipale déléguée à la mobilité douce : « quand les gens se sentent en sécurité, ils prennent plus facilement le vélo. Ca va forcément monter en puissance ». A la Roche-sur-Yon, des "coronapistes" ont été pérennisées sur deux autres axes : rue du Maréchal Juin, et rue du général Guérin, en direction de Bourg-sous-la-Roche.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess