Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Pau, une trentaine de "motards en colère" réunis pour demander le retour des 90 km/h

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Selon eux l'abaissement de la limitation de vitesse n'a pas réduit le danger, au contraire, car le nombre de tués et de blessés sur les routes a augmenté depuis. Ce sont plutôt les infrastructures qui posent problème.

Selon eux l'abaissement de la limitation de vitesse n'a pas réduit le danger, ce sont plutôt les infrastructures qui posent problème.
Selon eux l'abaissement de la limitation de vitesse n'a pas réduit le danger, ce sont plutôt les infrastructures qui posent problème. © Radio France - Manon Claverie

"L'objectif du passage à 80 km/h sur les routes secondaires était de faire baisser la mortalité sur les routes. Eh bien ce n'est pas le cas ! Malgré les trois mois de confinement, qui ont fortement réduit la circulation, le nombre de tués et de blessés a augmenté depuis l'abaissement de la limitation de vitesse". Pour le coordinateur des "Motards en colère" des Pyrénées-Atlantiques, Bernard Hanriot, la vitesse n'est pas proportionnelle au danger. En 2018, année du passage de 90 à 80 km/h sur les voies départementales, 29 personnes sont mortes sur la route. En 2019 il y en a eu 46, selon la Préfecture. "Ce qui pose problème, ce sont plutôt les infrastructures", ajoute Bernard Hanriot.

Les glissières de sécurité, des "hachoirs à viande" pour les motards

Pour le prouver, Michel Amerigo, du collectif, a parcouru 1 200 km de routes départementales et relevé toutes les "anomalies" qui mettent en danger la vie des motards. Les glissières, sur le bord des routes, constituent le plus grand danger. "Leurs pieds sont de véritables hachoirs à viande pour les motards, explique Michel Amerigo. Certains partent en glissade dedans et s'y coupent les jambes, ont les bras arrachés, d'autres sont décapités... C'est une horreur !" Pour les sécuriser, selon lui, il faudrait ajouter des tôles entre le sol et le rail pour occulter les espaces entre les pieds de soutien de la glissière. "Cela évite d'avoir à chaque mètre l'occasion de se faire arracher en morceaux", argumente-t-il. 

Une trentaine de "motards en colère" se sont réunis au Zénith pour réclamer le retour des 90 km/h et de meilleures infrastructures pour éviter les accidents.
Une trentaine de "motards en colère" se sont réunis au Zénith pour réclamer le retour des 90 km/h et de meilleures infrastructures pour éviter les accidents. © Radio France - Manon Claverie

Les "motards en colère" pointent aussi du doigt les îlots de séparation au milieu des routes, "des tremplins lorsqu'on les heurte. Et puis en ville, toutes sortes d'infrastructures urbaines dangereuses pour les deux-roues." Ils ont d'ailleurs terminé leur action par un dépôt de gerbe sur un rond-point, route de Tarbes, où deux jeunes de 24 ans sont morts l'an dernier en heurtant du mobilier. 

La gerbe déposée sur un rond-point, route de Tarbes, où deux jeunes sont morts l'an dernier.
La gerbe déposée sur un rond-point, route de Tarbes, où deux jeunes sont morts l'an dernier. © Radio France - Manon Claverie
Choix de la station

À venir dansDanssecondess