Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le pourquoi du comment

A quoi sert l'aéroport d'Auxerre ?

-
Par , France Bleu Auxerre

L’aérodrome d'Auxerre-Branches, inauguré en 1973, appartient à la communauté de l'auxerrois, au département de l'Yonne et à la région Bourgogne-Franche-Comté. Depuis un an, il fait face à une restriction de circulation qui pénalise fortement son activité.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - FREDERIC CHARMEUX

L'aéroport d'Auxerre a été inauguré en 1973. Il dispose en théorie d'une piste de 1650 mètres et s'adresse à tous : amateurs de sports aériens, pilotes d'hélicoptère,  apprentis pilotes, pilotes de petits avions de loisirs ou d'avions de transports de passagers... sans oublier les hélicoptères du Samu, de l'armée, de la gendarmerie.

80% des vols concernent les loisirs, les vols de formation et les services publics ( notamment les hélicoptères du Samu, de l'armée, de la gendarmerie). Les 20% restants sont les vols commerciaux, les vols d'affaires, beaucoup plus lucratifs puisqu'ils représentent 60% du chiffre d'affaire de l'aéroport.

L'aéroport a connu ses grandes heures avec Gérard Bourgoin, chef d'entreprise, ancien dirigeant de l'AJA, qui pilotait lui-même l'avion qui transportait les joueurs, à la grande époque de la ligue 1 et des coupes d'Europe. En 1996, lorsque le club auxerrois signe le doublé "coupe-championnat", c'est sur le tarmac de Branches que les 3 000 supporters en délire attendent l'équipe.

Des présidents et des souverains ont aussi atterri à Branches, de François Mitterrand à Nicolas Sarkozy. Jusqu'à très récemment, l'équipement était aussi utilisé par des touristes aisés qui voulaient visiter les caves du chablisien, par exemple, et par les PDG de grandes entreprises du secteur, comme le patron de la Brioche Dorée à Bassou, ou le dirigeant de la société Berner à Saint Julien du Sault.

Depuis février 2018 : une restriction de circulation

L'aéroport est, depuis un an, sous le coup d'une restriction de circulation mise en place par la direction générale de l'aviation civile, pour des raisons de sécurité. "Des obstacles, essentiellement des arbres, se trouvent dans l'axe de la piste et sur les côtés", explique Cyril Godeaux, le directeur commercial d'Edeis, le gestionnaire de l'aéroport. Les avions qui ont besoin de plus de 1 200 mètres pour décoller ne peuvent donc plus utiliser la piste de Branches. Cela concerne les avions de 30 places et plus. 

Cette restriction existait déjà depuis 2014 mais ne concernait que les vols de nuit ou par mauvais temps. Elle a été généralisée en février 2018.

Résultat : l'avion du patron de La Brioche Dorée ne peut plus venir à Auxerre et doit utiliser l'aérodrome de Troyes. Alors que les joueurs de l'AJA ont carrément du changer d'avion pour pouvoir continuer à utiliser l'aéroport d'Auxerre pour leurs déplacements. Globalement, le trafic a fortement baissé : il y a eu en 2018 seulement 217 décollages et atterrissages. Un chiffre en baisse de 24% par rapport à l'année précédente. "L'activité d'affaire est en baisse de 20 à 25% par rapport à 2018", ajoute Cyril Godeaux.

L'épineuse question des arbres

La solution, ce serait de couper les arbres mais c'est assez compliqué, car ils se trouvent sur des terrains qui n'appartiennent pas au Syndicat Mixte propriétaire de l'aérodrome. Il s'agit de bois privés ou de forêts communales. De nombreux propriétaires privés et des associations de défense de l'environnement s'opposent à toute coupe d'arbre.

Mais Edeis, le gestionnaire du site, ne désespère pas de trouver une solution dans les prochains mois. Il a fait une demande de dérogation à la Direction Générale de l'aviation civile pour pouvoir utiliser quelques mètres de piste supplémentaires. De leur côté, les collectivités propriétaires de l'infrastructure envisagent de réviser le plan de servitudes aéronautiques, qui date de 1979.

Tous les acteurs du dossier devraient se réunir fin mars pour faire un point sur son avancée

Choix de la station

À venir dansDanssecondess