Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Reims, des barrières dans les bus pour lutter contre la fraude

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Pour la première fois en France, un bus s'équipe de barrières à l'entrée. Le dispositif est pour l'instant testé sur la ligne 14 du réseau Citura à Reims pour éviter des fraudes trop régulières.

Le Sas anti-fraude mis en place à l'avant du bus.
Le Sas anti-fraude mis en place à l'avant du bus. © Radio France - Marius Delaunay

Deux barrières rouges situés à mi-hauteur, juste derrière le conducteur du bus qui s'abaissent une fois le titre de transport validé... C'est simple, et plutôt tape-à l’œil. Le sas anti-fraude fonctionne depuis ce lundi matin sur un bus Citura de la ligne 14, reliant Reims-Sebastopol au quartier de la Neuvillette. 

Le dispositif vient d'Italie et est fabriqué par une société spécialisée dans les portiques. C'est donc la première fois qu'un bus français est équipé de la sorte. Citura a également choisi de le tester sur un des deux bus de la ligne 14, du fait que les usagers qui l'empruntent sont en majorité des jeunes, "les plus à-même de frauder", selon Loïc Henriques, le responsable marketing et commercial Citura. 

Le Sas anti-fraude est placé à l'avant du bus.
Le Sas anti-fraude est placé à l'avant du bus. © Radio France - Marius Delaunay

Avec ce dispositif, Citura compte lutter plus efficacement contre la fraude sur son réseau. Elle coûte en effet près de deux millions d'euros chaque année, et Citura estime qu'en 2018, 16,2% des usagers ont pris les transports en commun rémois sans valider de titre de transport. Il faut donc trouver une solution, quitte à ce qu'elle soit radicale selon Loïc Henriques. "Là, le fraudeur peut passer les barrières sans valider, mais il s'expose alors au regard des gens et il devient clairement identifié dans le bus".

Maintenant, il n'y a plus d'excuse." - Loïc Henriques, responsable marketing et commercial Citura.

Le Sas anti-fraude sera testé sur un des deux bus de la ligne 14 pendant trois mois, jusqu'au 31 janvier. Une fois la comparaison faite avec l'autre bus non-équipé du dispositif, Citura verra quelle suite donner à l'expérience. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess