Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Rennes, plus de place pour le vélo après le confinement ?

Comme Paris, Grenoble, Lyon ou Montpellier, la ville de Rennes réfléchit à créer des pistes cyclables temporaires pour faciliter l'usage du vélo à la sortie du confinement. Des propositions sont en cours d'étude sous l'impulsion de l'association "Rayons d'action".

Des pistes cyclables provisoires pourraient voir le jour à Rennes.
Des pistes cyclables provisoires pourraient voir le jour à Rennes. © Maxppp - PhotoPQR

Les spécialistes appellent cela "l'urbanisme tactique". Avec la crise du coronavirus, certaines villes sont en train de repenser leur plan de circulation. Le déconfinement et les mesures barrières à respecter vont indéniablement modifier notre façon de nous déplacer.

Un marquage jaune au sol et le tour est joué

Les voyageurs auront-ils envie d'être collés aux uns aux autres dans un bus bondé ou dans une rame de métro ? Nos habitudes vont changer, au moins pour quelques mois. Les municipalités souhaitent anticiper la fin du confinement et afin d'éviter un report massif sur l'automobile elles veulent inciter leurs habitants à se reporter vers le vélo. Un moyen de transport plus propre et plus respectueux des règles de distanciation sociale.

A l'étranger, Bogota ou Berlin ont dessiné des kilomètres de pistes cyclables provisoires en quelques jours, voire en quelques heures. En France, Paris, Lyon, Grenoble ou Montpellier ont aussi fait des annonces en ce sens. En Bretagne, la ville de Rennes a lancé une réflexion et fait déjà des projections. "Nous y voyons une vraie chance pour changer de braquet et un mettre un coup d’accélérateur à l'application de notre plan vélo," indique Sylviane Rault, adjointe à la mobilité à la mairie de Rennes. Dès la semaine prochaine, certains carrefours dangereux devraient être sécurisés grâce à un marquage de trajectoires pour les vélos.

Ne pas oublier les piétons

Des aménagements sont à l'étude dans la rue Lesage ou la rue de l'hôtel-Dieu. "Il suffit de supprimer une file de voitures pour la réserver au vélo. Ce genre d'aménagement est assez facile. On pense aussi au boulevard de la Liberté ou au boulevard de la Tour-d'Auvergne. Il faut ensuite voir si cela fonctionne. Si les pistes sont utilisées et si ça ne congestionne pas la circulation," ajoute l'élue. Les travaux ne devraient en revanche pas commencer avant la fin du confinement.

Plus de place pourrait également être laissée aux piétons en créant des zones de rencontre où la circulation est limitée à 20 km/h. "Il ne faut pas oublier les gens qui marchent et quand on ne peut pas élargir les trottoirs on peut autoriser les piétons à marcher sur la chaussée. Cela permet aussi de mieux respecter les règles de distanciation sociale." Ces zones pourraient d'abord être aménagées devant les écoles.

Donner envie de pratiquer le vélo

L'association de promotion du vélo dans la métropole "Rayons d'action" se réjouit de voir le vélo prendre un plus de place dans la ville. "Nous avons des propositions aux élus et on aimerait qu'elles soient entendues. On peut aller encore plus loin, on pense notamment aux quais Nord," déclare Florian Le Villain, vice-président de l'association. "Ce déconfinement c'est l'occasion d’amener des gens à pratiquer le vélo et à leur donner envie de prolonger cette expérience. Il faut le voir comme une chance."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu