Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Abandon de NDDL : la ministre des transports rencontre les élus bretons en attente d'engagements financiers

samedi 27 janvier 2018 à 20:08 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Armorique

La ministre des transports Elisabeth Borne a rencontré les élus bretons samedi après-midi après être passée par Nantes. Une première concertation après l'abandon de Notre-Dame-des-Landes pour envisager le développement futur de l'aéroport de Rennes et des liaisons ferroviaires Rennes-Nantes.

Elisabeth Borne a rencontré les élus bretons samedi à Rennes
Elisabeth Borne a rencontré les élus bretons samedi à Rennes © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Bretagne, France

"Rassurer les élus", c'était l'objectif de la ministre des transports en venant à Rennes, pour la première fois depuis l'annonce de l'abandon de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. La question des liaisons ferroviaires en Bretagne ainsi que le développement de l'aéroport de Rennes ont été au cœur des discussions, dans "un climat constructif" de l'avis des élus. 

"On a la question des projets de développement qui intégraient jusqu'à présent Notre-Dame-des-Landes et pour lesquels les élus ont de réfléchir dans un nouveau cadre", indique la ministre. En ce qui concerne le développement de l'aéroport de Rennes, "on va regarder comment ce projet va se réaliser et ce que cela suppose en termes fonciers notamment", explique la ministre. Mi-janvier le Premier ministre avait parlé d'un "agrandissement de l'aérogare, pour mieux répartir le trafic aérien du grand ouest". 

Les liaisons ferroviaires entre Rennes et les aéroports parisiens a également été évoquée. "Il y a aujourd'hui quatre aller-retour par jour entre Rennes et Roissy, on a convenu de regarder quels sont les besoins pour vérifier si les liaisons sont suffisamment fluides et les horaires adaptés, nous allons travailler sur ces sujets", indique la ministre des transports.

La ministre a également précisé que le chantier de la RN 164, reliant Montauban-de-Bretagne à Chateaulin dans le Finistère, est "une priorité du gouvernement".

Les élus bretons en attente d'engagements financiers

Quid des compensations financières pour la région Bretagne, qui comptait sur un développement accéléré avec l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ? "La question ne se pose pas dans ces termes", pour Elisabeth Borne. Pour l'aéroport de Rennes, "l'assurance du soutien financier a été exprimée par le Premier ministre dans l'annonce de l'arrêt de Notre-Dame-des-Landes, indique le président de la région Bretagne Loïg Chesnais-Girard. _Nous attendons maintenant une transformation de la parole en actes concrets_".

Les élus bretons ont donc proposé à la ministre des transports un "pacte d'accessibilité de la Bretagne" énumérant leurs demandes pour assurer le décloisonnement de la région. Parmi les points-clés, un transfert des terrains fonciers possédés par l’État à proximité de l'aéroport de Rennes à titre gratuit pour faciliter son développement, et l'atteinte d'un temps de trajet ferroviaire de 3 heures maximum entre l'ouest de la Bretagne et Paris.

"J'ai entendu de la part de la ministre un engagement à travailler avec nous, salue la maire de Rennes Nathalie Appéré. Nous sommes prêts à prendre et tenir des engagements, _nous serons attentifs à ce que l’État puisse s'engager très concrètement sur les financements et les calendriers_".

Un point d'étape en mars

"Le gouvernement veut permettre au grand ouest d'avoir des connexions avec l'ensemble des métropoles en France et en Europe. _Nous avons six mois pour trouver des solutions avec un point d'étape en mars_" indique Elisabeth Borne. La ministre prévoit de revenir à Rennes à cette date, mais précise-t-elle, pour évoquer "d'autres sujets".