Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Accident de tramway à Montpellier, des pistes mais pas encore d'explication

-
Par , France Bleu Hérault

On ne sait pas encore ce qui est à l'origine de l'accident de tramway le 2 décembre dernier à Montpellier qui a fait une quarantaine de blessés. Les enquêteurs du BEATT ( Bureau d'enquête sur les accidents de transports terrestres) n'ont pas encore pu venir sur site en raison de la grève.

Les deux rames qui se sont percutées
Les deux rames qui se sont percutées © Maxppp - Jean-Michel Mart

Montpellier, France

Erreur humaine, défaillance technique ? Toujours pas d'explication à l'accident de tramway survenu le 2 décembre dernier près du CHU Lapeyronie à Montpellier. Sur la ligne 1, une rame qui était à l'arrêt a été percutée par une autre rame qui circulait dans le même sens faisant une quarantaine de blessés légers. 

Comme pour les crashs d'avions, c'est le BEA qui enquête, précisément le bureau d'enquête sur les accidents de transports terrestres. En raison de la grève à la SNCF, les enquêteurs  du BEATT n'ont pas encore pu se déplacer à Montpellier. Ils devraient venir avant la fin de l'année pour auditionner les conducteurs des deux tramways, les témoins de l'accident et voir les deux rames accidentées et placées sous scellées.

Les boîtes noires analysées

D'ici là, ils vont récupérer les boîtes noires qui détermineront notamment la vitesse au début du freinage et au moment de l'impact. Elle n'était sans doute pas très élevée car le tramway n'a pas déraillé et les dégâts sont limités. Le premier tramway était immobilisé à quelques mètres de la station CHU Lapeyronie, lorsque le second est venu le percuter.

On sait que le conducteur de ce second tramway placé en garde à vue n'avait pas bu ni consommé de drogue. Il a peut-être été distrait par un appel radio qui l'a empêché de freiner à temps, c'est une des pistes avancées. L'hypothèse évoquée, par un chauffeur de bus de Tam, de la présence de  feuilles mortes sur les voies ne semble pas pouvoir expliquer la collision. 

L'enquête peut-être longue

Le BEA ne cherche pas  à  dire qui est responsable, il mène  une enquête purement technique visant à déterminer la cause de l'accident  ou à défaut  émettre des hypothèses. Dans son rapport il peut établir des recommandations pour qu'un tel accident ne se reproduise pas. Cela ne dispense pas TAM de mener sa propre enquête interne qui peut être plus rapide car une enquête du BEATT peut durer jusqu’à 12 mois. 

Le 27 février dernier  un accident de tramway similaire à celui de Montpellier s'est produit à Issy-les-Moulineaux près de Paris, l'enquête est toujours en cours. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu