Faits divers – Justice

Aéroport : les zadistes ont levé les barrages autour de Notre-Dame-des-Landes

Par Pascal Roche et Typhaine Morin, France Bleu Loire Océan et France Bleu mardi 22 septembre 2015 à 8:41 Mis à jour le mardi 22 septembre 2015 à 14:53

Le carrefour des Ardillères bloqués par les zadistes
Le carrefour des Ardillères bloqués par les zadistes © Radio France - Antoine Denéchère

Les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont mené mardi matin une opération de blocage des routes sur le site supposé accueillir le futur aéroport. Ils ont empêché le juge de l'expropriation d'accéder à la zone. Il n'y a pas eu d'affrontements, mais la situation a été tendue vers 9h.

Ils avaient prévenu, ils sont passés à l'action. Mardi matin, avant même le lever du jour, des opposants à l'aéroport de Notre Dame des Landes ont installé des barrages sur six points d'entrée de la ZAD. Ils ont occupé la RD 81 au niveau du Moulin de Rohane, à Vigneux-de-Bretagne. A cet endroit, la situation a été tendue vers 9h. Environ 200 zadistes ont empêché le juge de l'expropriation de signifier à trois locataires de Notre-Dame-des-Landes le montant de leur indemnité d'expropriation. Entouré de plusieurs gendarmes, le juge a fait demi-tour. 

La presse prise pour cible

Notre journaliste a vu passer deux fourgons de gendarmes mobiles. Au moins deux véhicules de la presse ont été endommagés, ceux de France Bleu et de France 3. La voiture de notre journaliste a eu les pneus crevés. Deux zadistes cagoulés ont demandé à notre reporter de quitter les lieux et a ont crevé des pneus avec un couteau. 

Ils ont aussi occupé le carrefour des Ardillères à l'intersection des RD 81 et RD 281, où une trentaine de zadistes sont venus avec des tracteurs et des banderoles, sur l'une d'elles il était écrit : "non c'est non".   

Cette action a pour but d'empêcher l'accès de la zone à un juge qui doit venir notifier leur expropriation à trois familles de locataires qui vivent sur le site depuis 15 ans.   

Zone de non-droit

Interrogée sur France Bleu Loire Océan, Françoise Verchère, membre du Collectif des élus qui doutent de la pertinence de l'aéroport (Cedpa) et opposante historique au projet, soutient cette action. Elle regrette que "nous soyons obligés d'opposer une résistance active" mais selon elle l'occupation du terrain est indispensable pour empêcher ce "mauvais projet". Et quand on lui demande si la ZAD est devenue une zone de non-droit, Françoise Verchère répond qu'il y en a beaucoup d'autres y compris dans les ministères !

Françoise Verchère, opposante historique à l'aéroport de Notre Dame des Landes

En début d'après-midi, une cinquantaine de personnes se sont rassemblé devant le palais de justice de Nantes. C'est là que le juge des expropriations doit examiner les dossiers des trois familles en question. 

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées devant le tribunal de Nantes - Radio France
Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées devant le tribunal de Nantes © Radio France - Typhaine Morin