Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Aéroports parisiens : la baisse du trafic pourrait atteindre 70% cette année

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Aéroports de Paris revoit à la baisse ses hypothèses de trafic pour 2020. Et le groupe annonce ce vendredi qu'il ne prévoit pas de retour à la normale avant au moins 2024.

A l'aéroport de Roissy, le retour à un niveau de trafic d'avant-crise ne se fera pas avant au moins 2024
A l'aéroport de Roissy, le retour à un niveau de trafic d'avant-crise ne se fera pas avant au moins 2024 © Radio France - Stéphanie Berlu

La situation est encore pire que prévue dans les aéroports d'Orly et de Roissy Charles de Gaulle. Le trafic pourrait plonger jusqu'à -70% à la fin de l'année, annonce ce vendredi Aéroports de Paris (ADP) dans un communiqué.

L'hypothèse de trafic pour 2020 "est revue à la baisse d'environ -63% à une fourchette comprise entre -65 % et -70%". Et le retour à la normale n'est pas pour tout de suite. Le trafic dans les aéroports parisiens pourrait ne revenir au niveau de 2019 qu'"à la fin de la période comprise entre 2024 et 2027".

ADP a perdu la moitié de son chiffre d'affaires

Cette chute du trafic a des conséquences financières très importantes. Le groupe ADP a perdu plus de la moitié de son chiffre d'affaires (1, 669 milliards d'euros) depuis janvier. Et à la fin de l'année, les pertes devraient atteindre -2,3 à -2,6 milliards d'euros, prévoit le groupe. "Compte tenu de sa trésorerie disponible, le groupe n'anticipe pas de difficultés de trésorerie à court terme", précise-t-il.  

Le secteur du transport aérien est l'un des plus affectés par la crise et a été quasiment mis à l'arrêt durant les mois d'avril à juin du fait des mesures de confinement et de fermetures des frontières. La reprise du trafic est très progressive et se fait en fonction de la levée des mesures de restriction en vigueur dans chaque pays.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess