Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Alain Juppé présente son plan pour lutter contre les embouteillages à Bordeaux

vendredi 24 novembre 2017 à 11:18 Par Fanette Hourt, France Bleu Gironde

Le maire de Bordeaux a présenté son plan ce vendredi, en séance plénière du conseil de la métropole bordelaise.

Alain Juppé, le maire de Bordeaux et président de la métropole bordelaise.
Alain Juppé, le maire de Bordeaux et président de la métropole bordelaise. © Maxppp - Maxppp

Bordeaux, France

Alain Juppé lance un plan contre les embouteillages à Bordeaux. Des propositions qu'il a présenté ce vendredi en séance plénière du conseil métropolitain. Le président de la métropole l'avoue lui-même : "Bordeaux est victime de son succès", avec une croissance démographique forte, et une économie qui repart à la hausse. Il faut donc trouver d'urgence des solutions.

Parmi les propositions d'Alain Juppé, "relancer le débat du grand contournement" de Bordeaux, car un des gros problèmes est que la métropole se situe sur un axe de transport international, entre la France et l'Espagne, et donc très fréquenté par les poids lourds. D'ailleurs, le président de la métropole souhaiterait "convaincre la SNCF de s'intéresser enfin au fret ferroviaire, pour mettre des camions sur les rails." Mais le maire de Bordeaux veut aussi miser sur le train pour le transport de personnes, notamment avec les trains régionaux qui, selon lui, ne sont pas assez développés.

Alain Juppé détaille quelques points de son plan

En parallèle, il y aura "la réalisation de nouveaux équipements métropolitains, avec de nouvelles lignes de tramway et de bus à haut niveau de service". Alain Juppé souhaite aussi mettre en avant le covoiturage, les transports doux, pour essayer de changer les pratiques quotidiennes des habitants. Et pour cela, il compte sur deux partenaires : l'Etat et la région, qui ont partie prenante de ces dossiers.

Terminer les travaux de la rocade

Un des points les plus importants de ce plan, est de terminer la mise en 2x3 voies de la rocade. Actuellement, les 100 millions d'euros nécessaires sont financés à moitié par l'Etat et à moitié par la métropole. Si l'Etat baisse ses dotations, les travaux sont donc ralentis. Ainsi, Alain Juppé veut trouver une solution alternative.

Alain Juppé veut trouver d'autres financements pour finir les travaux de la rocade.

"La proposition que nous faisons, c'est de confier aux sociétés concessionnaires qui gèrent les autoroutes au nord et au sud de Bordeaux, la réalisation de ces travaux", explique ainsi le président de la métropole bordelaise. D'ailleurs, "elles sont prêtent à le faire, en échange d'un allongement d'un ou deux ans de leurs concessions, sans augmentation des péages, et en finançant elles-mêmes les travaux." L'avantage, c'est que "cela permettrait d’accélérer considérablement la réalisation de ces travaux."

En revanche, "il y a un hic". "Bruxelles nous dit qu'il faut faire une mise en concurrence", déplore Alain Juppé. "Nous, nous pensons que ces sociétés concessionnaires sont déjà dans la continuité de la rocade, ce qui justifie leur intervention." Le gouvernement devra encore trancher cette question.

La question du pont de Pierre

Concernant le pont de Pierre, interdit à la circulation des voitures, des comptages ont été effectués. Alain Juppé assure qu'il y a plus de monde qui traverse chaque jour ce pont sans les voitures, grâce aux tramways, aux bus, aux vélos et à la place laissée aux piétons. C'est donc une réussite a priori pour le maire de Bordeaux.

Il doit refaire le point en janvier, et prendre une décision définitive à ce moment-là.