Transports

Le premier TGV fabriqué à Alstom Belfort fête ses 45 ans

Par Rebecca Gil et Hervé Blanchard, France Bleu Alsace, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Elsass et France Bleu mardi 25 octobre 2016 à 6:20

Le TGV 001, premier prototype sorti de l'usine Alstom de Belfort le 25/10/1971
Le TGV 001, premier prototype sorti de l'usine Alstom de Belfort le 25/10/1971 - Photo d'archive de Paul Guyot

Cela fait 45 ans que le TGV existe en France. Le tout premier est sorti de l'usine Alstom de Belfort, berceau du géant des transports le 25 octobre 1971. L'occasion, pour les salariés d'Alstom transport, de se souvenir avec nostalgie des débuts de ce bijou technologique de l'époque.

C'est un anniversaire un peu spécial ce mardi pour le TGV 001, un nom de code pour désigner le premier prototype de Train à Grande Vitesse fabriqué en France il y a 45 ans, jour pour jour, le 25 octobre 1971, à Belfort sur le site de production d'Alstom.

Une petite révolution ferroviaire

Certains employés de l'époque, qui ont œuvré sur ce premier TGV, parlent d'un "sacré défi technique à relever". C'est le cas de Pierre Paquot, au bureau d'études de ce prototype. Il était au siège d'Alstom à Paris mais a été dépêché sur le site de Belfort pour mener à bien le projet. Le TGV 001, il s'en souvient comme si c'était hier : "Pour nous, cela a été un réel défi, il faut dire que l'on n'y croyait pas vraiment. On se voyait mal arriver avec nos plans qui ressemblaient un peu à des avions, avec des moteurs accrochés à des essieux, cela ne s'était jamais fait ! Je crois que par la ténacité des gens de l'atelier et de la direction d'Alstom, qui nous a soutenu dans ce projet, on est arrivés au bout", explique-t-il avec émotion.

Il fallait assurer une vitesse, un confort, et une sécurité pour les passagers" - Pierre Paquot, ancien salarié d'Alstom à Belfort

La chaîne de fabrication du TGV 001 - Aucun(e)
La chaîne de fabrication du TGV 001 - Photo d'archive de Paul Guyot

Pour construire le premier TGV français, il a fallu changer tout un mode de fabrication sur les chaines du site belfortain. Il a fallu notamment passer à la soudure de l'aluminium qui enveloppait la locomotive. Pour cela, toute une formation technique a été dispensée aux salariés de l'époque, comme se souvient Paul Guyot, 82 ans, dont 49 à Alstom : "Il fallait des gens qualifiés, on avait un noyau de soudeurs avec des agréments SNCF qui était de bonne qualité. Ce que l'on demandait à une locomotive, c'est simplement de tirer des wagons, là il y avait en plus les voyageurs ! Il fallait assurer une vitesse, un confort, et une sécurité", explique Pierre Paquot. Le TGV 001 a été testé au départ, avec plus ou moins de succès : "On a fait des essais pour la toiture, on a essayé de la coller. On a d'ailleurs perdu les premiers dans des jardins, ça ne collait pas !" s'exclame-t-il, en riant.

C'est un peu notre A380 à nous" - Paul Guyot, ancien salarié d'Alstom à Belfort

On sent une véritable fierté chez les salariés d'Alstom transports lorsqu'ils parlent de ce véritable outil révolutionnaire à l'époque : "Nous sommes fiers aujourd'hui. Nous sommes les premiers à en avoir touché la tôle, cette magnifique machine qui va jusqu'à 300 km/h roule quelque part grâce à nous. C'est une fierté pour toute l'équipe", explique Pierre Paquot. Finalement, le TGV 001 fera ses premiers essais au printemps 1972 dans la plaine d'Alsace. Atteignant la vitesse de 318 km/h, et pulvérisant ainsi le record du monde de vitesse ferroviaire en traction thermique. Mais la seconde rame ne vit jamais le jour faute de budget. Le premier TGV commercial a, lui, été lancé en septembre 1981 entre Paris et Lyon.

Partager sur :