Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Ambiance calme et sereine à la gare de Caen pour le premier jour de la grève SNCF

mardi 3 avril 2018 à 16:23 Par Jean-Baptiste Menanteau, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Pas beaucoup de trains, pas beaucoup de voyageurs en gare de Caen mardi 3 avril pour le premier jour de la grève SNCF. Les voyageurs avaient pris leurs dispositions en optant pour la voiture, le covoiturage ou le bus. Les quelques passagers présents avaient déjà réservé leurs billets.

Peu de monde à la gare de Caen en ce mardi 3 avril, premier jour de grève. Les agents SNCF assistance répondent aux questions des quelques clients.
Peu de monde à la gare de Caen en ce mardi 3 avril, premier jour de grève. Les agents SNCF assistance répondent aux questions des quelques clients. © Radio France - Jean-Baptiste Menanteau

Caen, France

"J'ai eu de la chance, la SNCF m'a envoyé un mail et un sms pour me prévenir que mon train était maintenu", raconte Maëlle, qui a tout de même pris ses précautions en venant "quarante minutes en avance". A l'image de cette jeune étudiante, la plupart des voyageurs était serein en cette première journée de grève, mardi 3 avril. 

A l'intérieur de la gare, pas d'agitation, ni de cohue, bien loin des scènes tant redoutées par certains voyageurs, la veille. C'est tout le contraire, la gare est presque vide. Seuls quelques agents SNCF attendent de pouvoir répondre à des clients peu stressés. 

Covoiturage, bus et anticipation

"J'ai un Ouibus à 8h, donc j'espère simplement qu'il n'y aura pas d'embouteillages", explique Martine, un peu inquiète tout de même à l'idée de louper son vol vers l'Ecosse, le soir. Comme elle, de nombreux voyageurs ont anticipé en prenant la voiture, en réservant un covoiturage ou bien un bus. Il y avait d'ailleurs un peu plus d'agitation du côté de la gare routière, là où partent les cars des compagnies de bus privées. 

Feu de palettes pour les grévistes, juste avant de voter à main levée la reconduite du mouvement. - Radio France
Feu de palettes pour les grévistes, juste avant de voter à main levée la reconduite du mouvement. © Radio France - Jean-Baptiste Menanteau

Rares sont ceux comme Mohammed, étudiant, à ne pas avoir eu de train. "Le prochain est à 17h", explique-t-il, un peu amer de constater qu'il devra patienter une dizaine d'heures avant de pouvoir rallier Coutances. Les trains se font rares, seules quatre lignes ont été maintenues vers la gare Saint-Lazare, à Paris. Un Intercités sur cinq circule, et aucun TER, dans le Calvados pour cette journée inaugurale.

"70% de grévistes" en Normandie, d'après les syndicats

En début de matinée, l'intersyndicale des cheminots a installé un stand devant la gare de Caen avec le traditionnel barbecue et la volonté de dialoguer avec les usagers. Car la "bataille de l'opinion publique, c'est tout l'enjeux des mobilisations", insiste Allan Bertu, secrétaire général de la CGT des cheminots du Calvados. "On leur propose un café afin de les sensibiliser, de discuter à la fois des dysfonctionnements au quotidien et du sujet même de la réforme", ajoute-t-il. 

Pour les grévistes, cette première journée est annonciatrice du succès du mouvement. "Historique" pour Allan Bertu qui affirme que le taux de gréviste s'élève à "70% sur l'ensemble de la région". "On a été à leur rencontre, on va continuer à aller à leur rencontre. On est prêts à tenir longtemps". Réunis en assemblée générale le matin, l'intersyndicale a voté à main levée pour la reconduite du mouvement mercredi 4 avril, avant de se réunir devant la gare vers midi.

L'intersyndicale réunie dans les entrepôts de la SNCF, derrière la gare de Caen, vote la reconduite du mouvement. - Radio France
L'intersyndicale réunie dans les entrepôts de la SNCF, derrière la gare de Caen, vote la reconduite du mouvement. © Radio France - Jean-Baptiste Menanteau