Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Amendement du Sénat sur les 80 km/h : "le vote de l'apaisement" réagit le Président du département de la Corrèze

mercredi 27 mars 2019 à 11:33 Par Germain Treille, France Bleu Limousin

Les sénateurs ont voté, ce mardi, un amendement à la loi sur les mobilités qui donne le feu vert aux départements pour aménager la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires. Le patron de l'exécutif corrézien, Pascal Coste, ardent opposant aux 80 km/h, s'en félicite.

Désormais, il faut caler le compteur de vitesse à 80 km/h.
Désormais, il faut caler le compteur de vitesse à 80 km/h. © Radio France - MC Fournier

Tulle, France

Le Sénat ouvre une nouvelle brèche sur les 80 km/h. Les Sénateurs ont donc voté un amendement au projet de loi mobilités pour permettre aux départements d'annuler, sur certains axes, la limitation à 80 km/h. Un dispositif mis en place l'été dernier par le gouvernement et qui depuis provoque la colère dans les territoires ruraux notamment.

J'espère qu'on va sortir définitivement de cette hérésie", Pascal Coste

Contacté par France Bleu Limousin, le président du conseil départemental de la Corrèze, Pascal Coste, farouche opposant aux 80km/h, se félicite du travail du Sénat. Le vote de la raison dit-il : "le Sénat fait preuve une fois de plus de sagesse, vote l'apaisement pour le milieu rural où on en a ras-le-bol de voir la voiture stigmatisée. On a besoin de se déplacer en voiture à la campagne car on n'a pas forcément la chance d'avoir des transports en commun. J'espère que ce pragmatisme-là verra le jour à l'Assemblée afin de sortir définitivement de cette hérésie. Dans les zones de danger, il faut revenir à 70 km/h et faire un listing des routes pour définir les secteurs à 70 et les autres à 90. La sécurité routière sera prise en compte tout en apaisant la colère de nos concitoyens". 

L'amendement sénatorial doit maintenant être validé par les députés lors du passage du projet de loi devant l'Assemblée Nationale en juillet.