Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Amiens métropole : pourquoi stationner deux heures coûte désormais 17 euros (et pourquoi en fait, rien n'a changé) ?

jeudi 4 janvier 2018 à 19:41 Par Bastien Deceuninck, France Bleu Picardie

Dans la métropole d'Amiens, le prix pour se garer dans les rues a un peu changé depuis le début de l'année. En cause, le transfert aux communes de la gestion du stationnement depuis le 1er janvier 2018. Et les tarifs ont de quoi surprendre les automobilistes : 17 euros pour deux heures!

La nouvelle grille des tarifs de stationnement à Amiens a de quoi surprendre
La nouvelle grille des tarifs de stationnement à Amiens a de quoi surprendre © Radio France - Bastien Deceuninck

Amiens, France

Stationner deux heures dans le centre-ville d'Amiens coûte désormais 17 euros ! C'est ce qu'affichent les horodateurs depuis le 1er janvier.

C'est une des nouveautés de ce début d'année : les villes sont désormais chargées de la gestion du stationnement des véhicules, et fixent donc leurs tarifs, ainsi que le montant du "forfait post-stationnement" réclamé aux automobilistes si jamais ceux-ci ne payent pas. 

Dans le centre-ville d'Amiens, des tarifs de stationnement assez surprenants ont donc fait leur apparition :  de 2,1 € pour une heure et demie de parking, on passe à 5 € pour 1h40 et jusqu'à 17 € pour 2 heures!  

Une application du texte de loi

Alors pourquoi les tarifs s'envolent-ils ? L'explication se trouve dans la loi sur les nouvelles règles de stationnement : comme il ne s'agit plus d'une amende, le forfait post-stationnement réclamé aux automobilistes en infraction doit être égal au tarif le plus élevé proposé par l'horodateur, et la durée maximale de stationnement doit être de deux heures. 

Jusqu'à présent, dans le centre-ville d'Amiens, se garer était limité à 1h30. Les tarifs sont donc les mêmes jusqu'à une heure et demie de stationnement, puis le tarif monte progressivement jusqu'à 17 €.

Pour du stationnement de courte durée, les tarifs n'ont donc pas changé. Quant à ceux qui trouvent que payer 17 € pour se garer deux heures est excessif, la métropole conseille d'utiliser les parkings souterrains où la même durée de stationnement coûte au maximum 3,2 €.

Comme le montre ce graphique, se garer à Amiens coûte moins cher en surface au début. Mais à partir d'1h30, le stationnement souterrain devient de loin le plus rentable.

Favoriser les stationnements courts dans la rue

L'objectif est d'inciter les automobilistes à se garer dans les parkings souterrains quand ils restent longtemps, afin de libérer les places en surface pour ceux qui ont juste un petit arrêt à faire chez les commerçants. Avoir l'assurance de pouvoir se garer rapidement permet de rendre le centre-ville attractif, selon Amiens Métropole.

Et pour les "distraits" qui oublient de payer leur stationnement, la probabilité d'être verbalisé va fortement augmenter au printemps, avec l'arrivée de la voiture équipée du dispositif "LAPI", capable de lire les plaques d'immatriculation et de verbaliser automatiquement les véhicules en infraction. C'est d'ailleurs pour cela qu'il faudra renseigner son numéro de plaque au moment de prendre son ticket, seule façon de prouver que vous avez bien payé! 

Il faudra bientôt renseigner son numéro d'immatriculation grâce aux claviers des horodateurs pour stationner - Radio France
Il faudra bientôt renseigner son numéro d'immatriculation grâce aux claviers des horodateurs pour stationner © Radio France - Bastien Deceuninck

Financer les transports en commun

Autre changement : les recettes des stationnements non-payés sont désormais directement encaissées par la ville (et non plus reversées par l'Etat), qui promet de s'en servir pour améliorer les services de transports en commun.