Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Après les éboulements sur les lignes L et U, la circulation reprendra partiellement le 2 mars

-
Par , France Bleu Paris

Les voyageurs de la ligne L et U du Transilien devront patienter encore un peu. Dans l'ouest parisien, après un éboulement sur les voies près de la gare de Sèvres-Ville-d'Avray, aucun train ne circule. Retour à la normale prévue en avril.

A Sèvres, les travaux après le glissement de terrain vont durer jusqu'à avril.
A Sèvres, les travaux après le glissement de terrain vont durer jusqu'à avril. © Radio France - Victor Vasseur

Chaque jour, 70.000 voyageurs empruntent les lignes L et U du Transilien. Depuis l'éboulement le soir du 4 février, c'est le système D pour les habitants de Sèvres (Hauts-de-Seine). "Les gens s’arrangent comme ils peuvent. Il y a un tramway en bas de la ville, il y a le métro, il y a des bus. On perd du temps, on fait avec" déplore Maxence, un riverain.

A Sèvres, les travaux après le glissement de terrain vont durer jusqu'à avril.
A Sèvres, les travaux après le glissement de terrain vont durer jusqu'à avril. © Radio France - Victor Vasseur

Il y a bien un bus de substitution toutes les dix minutes mais c'est insuffisant prévient le maire de Sèvres Grégoire De La Roncière : "On est en période de vacances, et les bus sont déjà pleins. Ma crainte, c’est que la semaine prochaine, avec le retour des collégiens et des lycéens, les bus seront bondés. Il en faut plus pour renforcer les lignes !" En moyenne, chaque jour, 4.000 voyageurs montent dans le Transilien à la gare de Sèvres.

A Sèvres, les travaux après le glissement de terrain vont durer jusqu'à avril.
A Sèvres, les travaux après le glissement de terrain vont durer jusqu'à avril. © Radio France - Victor Vasseur

Des travaux jusqu’en avril

Les voies des trains ne sont toujours pas dégagées, il y encore eu des éboulements ces derniers jours. 4.000 mètres cube de terre sont à enlever. Guillaume Marbach, le directeur général de la SNCF Réseau dans la région, explique pourquoi les travaux prennent du temps : "C’est exigu, donc on doit intervenir par la voie ferrée."

A Sèvres, les travaux après le glissement de terrain vont durer jusqu'à avril.
A Sèvres, les travaux après le glissement de terrain vont durer jusqu'à avril. © Radio France - Victor Vasseur

Et quand la présidente de la région Valérie Pécresse lui demande les raisons de ce glissement de terrain : "Il faut d’abord comprendre la cause, cet ouvrage était suivi par nos soins". "C'était soudain, inattendu" conclut Guillaume Marbach. La SNCF assure que ce talus, comme d'autres étaient surveillés. Une paroi en béton préfabriqué sera ancrée dans le talus pour empêcher un nouvel éboulement.

Il y aura d'abord deux trains par heure aux heures de pointe le 2 mars précise Lucille Quessart, la directrice de plusieurs lignes du Transilien. Ensuite, à partir du 16 mars, dans un mois, les trains rouleront toute la journée, mais au ralenti le temps de terminer les travaux.

A Sèvres, les travaux après le glissement de terrain vont durer jusqu'à avril.
A Sèvres, les travaux après le glissement de terrain vont durer jusqu'à avril. © Radio France - Victor Vasseur
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu