Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports
Dossier : Armada 2019 à Rouen

Armada 2019 à Rouen : les pilotes de Seine sont sur le pont pendant l’événement

Qu'ils soient dans les bureaux ou sur la Seine, les pilotes sont mobilisés pour que l'Armada se passe pour le mieux. Au centre de pilotage à Rouen, François-René Labous scrute ses écrans et les voiliers qui arrivent. C'est notamment lui qui conseille les commandants sur les manœuvres à réaliser.

Les pilotes de Seine sont sur le pont pendant l'Amada 2019 à Rouen
Les pilotes de Seine sont sur le pont pendant l'Amada 2019 à Rouen © Radio France - Véronique Houdan

Rouen, France

Ils sont les yeux de la Seine et assistent les voiliers pour leur arrivée à Rouen. La vingtaine de pilotes de l'Amont de la Seine est mobilisée pour assurer le bon déroulement des manœuvres. Depuis son poste, au centre de pilotage à Rouen, François-René Labous scrute les faits et gestes des bateaux. 

Les yeux rivés sur la Seine

Au centre de pilotage de la Seine, il n'y a pas de décor de science fiction comme on aurait pu le croire. François René Labous, le pilote major, dispose seulement de trois écrans sur son bureau. Sur le premier, les horaires d'arrivées des voiliers sont inscrits. Le deuxième lui permet de regarder à quoi ressemble les voiliers qui arrivent : "On ne connait pas forcément la longueur de la coque, ni du mât de Beaupré. Si on a un doute on peut demander au commandant si un mât peut être rabattu". Il continue : "Cela a permis au Shabab Oman II de passer sous le pont Tancarville".

Sur son troisième écran, François-René est connecté au site Marine Traffic (un site en accès libre sur internet) qui permet de voir en temps réel où se trouve les voiliers. 

François René Labous est l'un des pilotes major de l'Amont de la Seine.  - Radio France
François René Labous est l'un des pilotes major de l'Amont de la Seine. © Radio France - Flavien Groyer

Mais son outil le plus important est sa tablette tactile où il voit tout. Comme sur le site, il peut scruter les faits et gestes des navires mais elle est plus précise : "On a toutes les données qui nous intéressent. On sait si on peut passer sous le pont et à quel niveau de la Seine il peut passer. J'ai une situation en temps réel".

J'ai le tirant d'eau, son tirant d'air, son cap, sa vitesse - François-René Labous à propos de sa tablette tactile

On peut suivre tous les bateaux sur cette tablette : "Vous voyez le Mir, le Cisne Branco. Ils sont tous à la queue leu leu".

Nous aussi à France Bleu Normandie, on a réalisé une carte ↓

Assister les voiliers et conseiller les commandants

Le travail du pilote major c'est notamment d'envoyer des pilotes sur la Seine quand les voiliers arrivent dans le port de Rouen. Ces pilotes vont les guider au fil de l'eau jusqu'à l'amarrage.

François René Labous doit aussi de conseiller les commandants à bord : "On a imaginé une manœuvre avec le commandant. On discute avec lui de cela, de l'heure et du lieu du retournement par exemple". Tout ça se passe  par mail le plus souvent : "Il y a une relation de confiance" assure le pilote major. 

Tous les détails sont calés depuis plus d'un an avec tous les bateaux mais il faut être toujours à l’affût notamment des marées : "On connait le coefficient de marée depuis longtemps. Ce que l'on connait pas c'est le débit du fleuve, le vent, la couverture nuageuse et la visibilité" explique François René Labous. "Tous ces paramètres sont imprévisibles un an avant".

Pendant tout l’événement, il faut également continuer à gérer le trafic commercial dans le port de Rouen car il ne s'arrête pas.

Choix de la station

France Bleu