Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Au Havre, une peinture du paquebot Île de France sort de sa réserve

dimanche 2 août 2015 à 18:55 Par Olivier Duc, France Bleu Alsace et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

L’œuvre mesure 5m par 1,53m. Une taille peut banale qui s’explique par son utilisation pour des fins commerciales. Cet écorché du Paquebot Île de France avait été réalisé pour le lancement du navire sur la ligne Le Havre New-York en 1927. Conservée en l’état pendant 30 ans dans les fonds du Musée Maritime et portuaire, cette gouache va être restaurée et ensuite exposée au Musée Lalique

L'écorché du paquebot Île de France, peint en 1927 par Albert Sébille
L'écorché du paquebot Île de France, peint en 1927 par Albert Sébille © Radio France - Olivier Duc

Victime de retouches et de l’humidité, déchiré par endroit, l’écorché du Paquebot Île de France affiche clairement ses 88 ans.« Cette toile nous a été léguée dans les années 80 par une société qui la conservait dans ses greniers ou dans sa cave , se souvient Jean Pierre Olivier. Nous l’avions conservée en l’état. Elle est fatiguée, très fatiguée » , concède le président du Musée Maritime et portuaire du Havre. Au temps de sa splendeur, elle trônait au siège de la Compagnie Générale Transatlantique. Elle avait été produite pour les besoins de la politique commerciale de la compagnie française par le peintre de marine Albert Sébille.

Une toile fatiguée, léguée dans les années 80

 « C’est le plan-coupe du navire qui était distribué aux passagers au moment de la mise en service du navire en 1927 , explique Clémence Ducroix, la secrétaire générale de l’association French Lines, l’association en charge de mettre en valeur le patrimoine des compagnies maritimes françaises. Je pense qu’il avait besoin de cette grande surface pour aller jusque dans les détails des représentations des cabines, de la salle à manger…Ensuite l’œuvre a été réduite. Elle était vendue dans un format d’un mètre de long pour la version imprimée.» Cette toile imposante va donc être restaurée grâce au mécénat de 9 partenaires havrais. Leurs dons vont permettre de financer le travail d’Agnès Gaudu Majstorovic.

Un long et patient travail de restauration

 « Il y a beaucoup de travail , explique la restauratrice de Quillebeuf-sur-Seine dans un rire. La difficulté est qu’il s’agit d’une peinture à la gouache. C’est une peinture sensible à l’humidité donc on ne peut pas appliquer n’importe quel traitement. Et puis son format assez conséquent oblige de la démonter de son support pour réussir à réparer les déchirures et la remonter sur un nouveau support adapté. »  Agnès Gaudu Majstorovic devra avoir achevé la restauration de cet écorché de l’Île de France au plus tard en mars 2016. Car une fois que la peinture d’Albert Sébille aura retrouvé son lustre, elle prendra la route du Musée Lalique à Wingen-sur-Moder, dans le Bas-Rhin. Elle est attendue dans le cadre de l’exposition « La famille Lalique et l’art du voyage » qui se tiendra à partir du 29 avril 2016. Cette exposition retrace les productions d’œuvres de la famille Lalique pour les paquebots, les trains et voitures de légende. « Sur ce plan-coupe de l’Île de France, on peut voir dans la grande salle à manger de Ière classe les 112 luminaires carrés réalisés par Lalique » , détaille Dorian Dallongeville, responsable des collections et des expositions de l’association french Lines. Le format hors-norme de la toile permet effectivement d’apercevoir ce luxueux détaille qui baignait de lumière la salle la plus noble du paquebot.