Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Autolib' : Bolloré réclame 235 millions d'euros aux communes

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le groupe Bolloré a envoyé l'addition aux syndicat qui regroupe les communes utilisatrices du service d'autopartage. Suite à la résiliation du contrat le 21 juin, il réclame 235 millions d'euros. Le bras de fer risque de se poursuivre jusqu'aux tribunaux.

Une station Autolib' déserte, avenue Georges Mandel à Paris (16e).
Une station Autolib' déserte, avenue Georges Mandel à Paris (16e). © Radio France - Nicolas Olivier

Bolloré a envoyé l'addition, et elle corsée, comme prévu : il réclame 235 millions d'euros aux communes utilisatrices d'Autolib', après la résiliation du contrat le 21 juin dernier. Ce montant comprend notamment les indemnités de résiliation anticipée, et surtout "le déficit estimé par le groupe Bolloré sur les années d'exploitation du service", annonce le syndicat Autolib' Vélib' Métropole qui regroupe les communes. Une addition cependant moins lourde que celle annoncée cet été par Marie Bolloré dans la presse. Fin juillet, la directrice générale des applications mobilité du groupe avait réclamé 250 millions d'euros.

Vers un recours judiciaire

Même légèrement revue à la baisse, la facture ne passe pas. Dénonçant l'absence de justificatifs et de précision sur le mode de calcul, le syndicat annonce qu'il va la contester "point par point". Sans grand espoir sur l'issue de la discussion. "Les communes ne sont pas prêtes" à régler un tel montant dit sa présidente Catherine Barratti-Elbaz jointe par France Bleu Paris. Il y a  selon elle "une forte probabilité" de recours judiciaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu