Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Auvergne-Rhône-Alpes va investir plus de 100 millions d'euros pour la sécurité des TER et des gares

mercredi 16 novembre 2016 à 21:44 Par Céline Loizeau, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Après l'annonce le mois dernier de la gratuité des trajets dans les TER de la région pour les gendarmes et les policiers, le président LR d'Auvergne-Rhône-Alpes a dévoilé ce mercredi d'autres mesures pour plus de sécurité dans les trains et les gares.

Ces postes supplémentaires d'agents de sûreté ferroviaire sont principalement payés par la Région, son logo apparaîtra donc désormais sur le blason. - Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes
Ces postes supplémentaires d'agents de sûreté ferroviaire sont principalement payés par la Région, son logo apparaîtra donc désormais sur le blason. - Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes - Région Auvergne-Rhône-Alpes

Lyon, France

Ce plan implique le renforcement du système de vidéosurveillance dans les gares, leurs abords et dans les rames TER ainsi qu'un doublement des effectifs de la sûreté ferroviaire. Il sera soumis au vote des élus réunis ce jeudi en assemblée plénière à Lyon.

+27% des actes de délinquance en un an dans les trains de la région

Le président LR de la Région Laurent Wauquiez dit vouloir doter Auvergne-Rhône-Alpes d'un bouclier de sécurité. On se souvient des portiques de sécurité à l'entrée de certains lycées. Là, il veut s'attaquer à l'insécurité dans les trains, les gares, car la situation n'est pas positive selon lui. Laurent Wauquiez avance les chiffres de la SNCF avec par exemple +27% des actes de délinquance dans les trains. Pour lui, "il n'y a pas de fatalité à la hausse de l'insécurité et il en va de la responsabilité de la SNCF et de la Région." Rappelons que la Région est compétente pour le réseau TER.

Ce plan comporte plusieurs mesures. Il y a le doublement d'ici fin 2017 du nombre d'agents de la sûreté ferroviaire passant ainsi à 320. Là, la Région dépensera 12 millions d'euros par an et la SNCF participe aussi. Elle financera 5 des 17 équipes supplémentaires à venir. Ces renforts d'effectifs bénéficieront dans un premier temps à Rhône-Alpes. "Pour l'Auvergne, des amendements seront possibles", précise Laurent Wauquiez. Ces agents supplémentaires seront bien embauchés par la SNCF mais la Région par le biais d'une convention contribue donc à leur financement.

69 millions pour la vidéosurveillance

La Région compte aussi développer le système de vidéosurveillance dans les gares, leurs abords ainsi que dans les rames TER. Aujourd'hui, seules 13% des haltes et gares sont équipées. Un premier déploiement de 105 gares est prévu, sans précision pour l'instant sur les gares concernées. Ca fait environ 30% mais l'objectif est de 100% selon Laurent Wauquiez. Quant aux rames TER, moins de 70% sont dotées de ce système sur le territoire de l'ex Région Rhône-Alpes; c'est 0 en Auvergne. Là encore le conseil régional mise sur 100% d'ici la fin du mandat en 2021.

Un centre de supervision régional, où travailleront environ 12 agents dont les postes seront financés par la Région, verra le jour d'ici fin 2017. C'est dans ce lieu, dont l'emplacement n'est pas encore arrêté, que l'ensemble des images sera visionné. Grâce à des logiciels performants, les agents seront alertés en cas de comportement suspect ou de personne signalée comme ayant commis une incivilité ou agression. Cette mesure représente un investissement de 69 millions d'euros pour la Région qui espère obtenir des aides de l'Etat.

Par ailleurs, Laurent Wauquiez souhaite travailler avec les procureurs pour qu'en cas de dégradations, des peines de travail d'intérêt général soient prononcées ainsi qu'une réparation financière.

De son côté, le directeur régional de la SNCF se félicite de ces différentes mesures. Pour Christophe Archambault, "la sécurité étant notre priorité numéro 1, on aurait fait des choses, mais pas aussi rapidement et pas de cette ampleur".

"On n'a jamais vu une caméra secourir un passager, on n'a jamais vu une caméra renseigner un voyageurs qui aurait raté sa correspondance à cause d'un retard" réagit sur France Bleu Isère la présidente de l’association dauphinoise des usagers du train Patricia André Constantin