Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Manifestation des ambulanciers sur l'A75 à Séverac-le-Château ce vendredi

vendredi 9 novembre 2018 à 13:29 Par Clémentine Vergnaud, France Bleu Occitanie

Les ambulanciers ont organisé des perturbations sur les routes de l'Aveyron, vendredi 9 novembre. Ils protestaient contre une mesure du gouvernement qui confie désormais la responsabilité du transport des patients aux hôpitaux.

Manifestation des ambulanciers à Paris, le 5 novembre.
Manifestation des ambulanciers à Paris, le 5 novembre. © Maxppp - Yann Foreix

Aveyron, France

Il y a eu une belle pagaille sur les routes de l'Aveyron, vendredi 9 novembre. En effet, les ambulanciers ont organisé un mouvement de protestation sur plusieurs axes routiers. Tôt le matin, 120 ambulances venues de l'Aveyron et de la Lozère ont gêné la circulation du côté de Rodez et de Millau. Ensuite, ils ont procédé à une opération escargot sur la RN88 et l'A75. Ils ont achevé leur mouvement sur l'A75 au niveau de l'échangeur de Séverac-le-Château. Ils y ont installé un barrage filtrant dans les deux sens de circulation. Ces ambulanciers protestent contre un nouvel article de loi qui confie la responsabilité du transport de patients aux hôpitaux. 

Une perte de chiffre d'affaires de 30%

Si cet article ne concerne pas un transport entre le domicile du patient et l'hôpital, il intervient par exemple en cas de transfert d'un patient d'un hôpital vers un autre. "C'est l'hôpital qui contractualisera avec un prestataire et refacturera à la sécurité sociale", explique Frédéric Domenge, le secrétaire départemental de l'ORTE, une organisation de TPE et PME de transport qui a lancé ce mouvement. "Les grands hôpitaux lancent des appels d'offre et prennent le moins-disant. Les petites TPE ne peuvent pas y répondre." Il accuse notamment Kéolis de vampiriser le marché, après avoir racheté plus de 4.000 transporteurs sanitaires à Toulouse et Montpellier. "Ils récupèrent 100% de ces marchés qui représentent pour nos entreprises 30 à 40% du chiffre d'affaires. Concrètement, les entreprises ont perdu depuis la mise en place de ce point environ 30% de leur chiffre d'affaires."

Selon l'ORTE, le risque à plus long terme est de voir disparaître ces entreprises, surtout en milieu rural. Avec des conséquences pour les habitants : "Les transporteurs sanitaires des grandes villes pourront profiter de la sous-traitance des grands groupes et s'en sortir un peu. En revanche, beaucoup de transports sanitaires en milieu rural vont disparaître." Selon lui, ce sont 55 entreprises qui sont concernées dans l'Aveyron. "Les pompiers ne se déplacent plus au fin fond des campagnes, ce sont les ambulanciers qui assurent le lien social. Si demain ils disparaissent, il n'y aura plus de service sanitaire à proximité des gens. "