Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Avignon veut tester les trottinettes électriques en libre-service

-
Par , France Bleu Vaucluse

La proposition est à l'étude à Avignon : mettre en place un service de location de trottinettes en libre-service, à l'image des Vélopop. Une arrivée sous conditions : la ville dit non au stationnement anarchique de ces engins comme à Paris ou à Marseille.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Maxime Jégat

Avignon, France

Avignon se met à la trottinette électrique ! À l'image de Paris ou de Marseille, la ville réfléchit à s'équiper de trottinettes électriques en libre-service. Les discussions sont en cours avec les différents opérateurs qui proposent ce genre de services. Pas encore de calendrier fixe pour l'arrivée de ce mode de déplacement "doux" à Avignon, mais une chose est sûre, elle se fera sous conditions.

La municipalité avignonnaise refuse de voir des trottinettes stationnées ça et là un peu au hasard comme chez le voisin marseillais. "On n'est pas très favorables à des trottinettes qui pourraient être laissées n'importe où, ce côté un peu vrac, ces engins détériorés ou qui peuvent servir de projectiles", explique Fabrice Martinez-Tocabens, élu en charge des mobilités douces. La ville penche donc plutôt pour l'installation de stations, similaires à celles des Vélopop.

Utile ou dangereux ?

L'arrivée prochaine de ce service réjouit les plus jeunes, à l'image de Jordan et Océane : "à partir du moment où ça permet de se déplacer en polluant moins, c'est bon à prendre donc pourquoi pas essayer ?" déclare le jeune homme. "Ça m'arrangerait, parce que le vélo ce n'est pas très pratique, alors je vais tout le temps au travail à pied... ça pourrait être très utile !" ajoute son amie.

Question de générations, sans doute, Liliane, 75 ans, voit l'arrivée en plus grand nombre de ces trottinettes électriques avec beaucoup moins d'entrain ! Elle qui a déjà du mal à cohabiter avec les quelques exemplaires qui circulent intra-muros : "ils ne se signalent pas, on ne les entend pas arriver, regrette-t-elle. Moi j'ai été frôlée deux fois, j'ai eu peur ! C'est une catastrophe parce qu'il y a quand même pas mal de personnes âgées dans les rues piétonnes, c'est dangereux !"

Réglementer l'usage des trottinettes

Pour l'instant, c'est le flou qui entoure l'usage de ces trottinettes électriques. "Pour la législation, une trottinette c'est un piéton !", précise Fabrice Martinez-Tocabens. La future loi d'orientation sur les mobilités devrait fixer un cadre, d'ici l'été. En attendant, l'élu avignonnais compte sur le discernement de chacun : "Si tout le monde est attentif à l'autre, ça peut fonctionner. C'est une question de civisme et puis de savoir-vivre. Quand on circule à 20 km/h, on n'emprunte pas les trottoirs. C'est absurde. Et ceux qui le font risquent une verbalisation, il faut qu'ils le sachent."

Dans les zones piétonnes, c'est le pied-à-terre qui doit prévaloir, comme à vélo, précise encore Fabrice Martinez-Tocabens. La ville de Paris n'a pas attendu la future loi, elle verbalise les trottinettes électriques qui circulent sur les trottoirs, avec une amende de 135 euros.

Choix de la station

France Bleu