Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Baisse de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires : "pas de décision prise" par le gouvernement

mardi 5 décembre 2017 à 17:28 Par Thibaut Lehut, France Bleu

La diminution de la limitation de vitesse sur les routes secondaires (de 90 à 80 km/h) n'est pas actée, a déclaré mardi la ministre Jacqueline Gourault à l'Assemblée nationale.

La vitesse est limitée à 90 km/h sur le réseau secondaire.
La vitesse est limitée à 90 km/h sur le réseau secondaire. © Maxppp -

Il n'est pas certain que la vitesse diminue de 10 km/h sur les routes secondaires. En tout cas le gouvernement ne l'a pas encore acté. C'est ce qu'a annoncé ce mardi la ministre auprès du ministre de l'Intérieur Jacqueline Gourault, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

"Il est vrai que plusieurs études sont en cours, que le Premier ministre va réunir un comité interministériel en janvier sur la sécurité routière, il est vrai que la baisse des vitesses maximales autorisées est un sujet sur les routes secondaires bidirectionnelles sans séparateur", a-t-elle expliqué, "mais aucune décision n'a encore été prise, les associations d'élus vont être consultées et bien sûr le conseil national de la sécurité routière".

  - Aucun(e)
-

Le procédé déjà testé

Selon un article du Point daté du 1er décembre, le gouvernement va annoncer en janvier une baisse de 90 à 80 km/h de la limitation de vitesse sur les routes secondaires à double sens sans séparateur central physique. Cette baisse de la limitation sur les routes secondaires bidirectionnelles sans séparateur central est préconisée par des associations de sécurité routière, qui affirment qu'elle permettrait de sauver 400 vies chaque année. Des associations d'automobilistes y sont fermement opposés, y voyant un outil supplémentaire de répression contre les automobilistes.

Bernard Cazeneuve, alors ministre de l'Intérieur, avait lancé une expérimentation sur 81 kilomètres de routes. Les résultats de ce test, qui s'est achevé le 1er juillet, n'ont pas été rendus publics.

  - Aucun(e)
-