Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Belfort-Delle : "il n'est pas question pour nous de cesser l'exploitation de cette ligne", déclare Michel Neugnot

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Le vice-président au Conseil régional chargé des transports Michel Neugnot assure ce jeudi que la ligne SNCF Belfort-Delle "continuera de fonctionner", malgré la décision du tribunal administratif de Besançon qui vient d'annuler la déclaration d'utilité publique.

Le vice-président au Conseil régional chargé des transports Michel Neugnot
Le vice-président au Conseil régional chargé des transports Michel Neugnot © Maxppp - Maxppp

Delle, France

Michel Neugnot, vice-président au Conseil régional chargé des transports, réagit sur France Bleu Belfort Montbéliard après le jugement du tribunal administratif de Besançon annulant la déclaration d'utilité publique de la ligne SNCF Belfort-Delle, en raison notamment de la faible fréquentation. "Nous démontrerons, par nos résultats, que nous allons atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés", affirme l'élu.

Terrains agricoles expropriés

Dans un jugement rendu ce mardi 2 juillet, le tribunal donne raison aux riverains qui avaient déposé plusieurs requêtes contre la réouverture de la ligne Belfort-Delle, estimant, que le projet ne peut pas être "déclaré d'utilité publique". Le TA de Besançon annule ainsi les décrets préfectoraux qui avaient autorisé à l'époque les expropriations de terrains agricoles pour aménager la ligne, principalement sur la commune de Danjoutin.

C'est l'Etat qui a été attaqué, c'est à l'Etat de répondre"

"Il n'est pas question pour nous de cesser l'exploitation actuellement, c'est l'Etat qui a été attaqué dans cette procédure, c'est à l'Etat de répondre, mais nous, les Suisses et la Région Bourgogne Franche-Comté, nous allons continuer l'exploitation de cette ligne", assure Michel Neugnot.

"Il n'est pas question pour nous de cesser l'exploitation actuellement"

Objectif : 1.600 voyageurs/jour d'ici 3 ans

"Je vous rappellerai que le temps de la justice est long, il y a des recours possibles (pour l'Etat, ndlr), je pense que nous démontrerons, par nos résultats, que nous allons atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, c'est-à-dire 1.600 voyageurs/jour à un horizon trois ans".

"Cette ligne existe, elle a été financée par des fonds européens, nationaux, régionaux et locaux, elle a fait partie d'un accord international entre la France et la Suisse, puisque la Suisse se projette sur nos lignes TGV - elle-même n'ayant pas de TGV - nous sommes autorité organisatrice de transports, nous allons continuer l'exploitation".

Les dessertes avec Morvillars maintenues

Six mois après l'ouverture complète de la ligne, "nous sommes à peu près actuellement à 30 ou 40% de cet objectif", ce qui représenterait selon les déclarations de Michel Neugnot, entre 480 et 640 voyageurs/jour. Il précise "avoir pu vérifier que les dessertes avec l'arrêt Morvillars seraient maintenues". A partir de septembre 2019, le Conseil Régional Bourgogne Franche-Comté devrait lancer une "politique de valorisation" de cette ligne, avec une campagne de communication "très forte".

.