Transports

Belfort-Delle : un expert en acoustique pour mesurer le bruit des trains

Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard lundi 28 mars 2016 à 6:00

Michel Delanne habite à deux pas de la voie ferrée /
Michel Delanne habite à deux pas de la voie ferrée / © Radio France - Nicolas Wilhelm

La ligne ferroviaire Belfort-Delle, interrompue en 1992, va renaître fin 2017. Les riverains de la voie ferrée ne cachent pas leur inquiétude. Ils redoutent d’importantes nuisances sonores. La SNCF met tout en œuvre pour limiter l’impact.

Les travaux ont démarré en septembre dernier et la mise en circulation de la desserte ferroviaire entre Belfort et Delle est prévue pour décembre 2017. La SNCF table, pour l’instant, sur une vingtaine de passages de trains par jour sur cette ligne historique où le trafic avait été interrompu en 1992. Le maître d’ouvrage étudie de près les nuisances sonores de cette réouverture.

Une exposition sonore élevée pour une quinzaine de maisons

La SNCF a nommé un expert, un acousticien. Son travail est de mesurer les volumes sonores dans une quinzaine d'habitations ciblées. Ce sont des maisons situées près de la voie ferrée où l'exposition sonore est supérieure aux seuils autorisés. « L’acousticien va mesurer le bruit à l’intérieur et à l’extérieur des maisons. Il va simuler le passage des trains avec une source extérieure. Puis, il va regarder les ouvertures des maisons pour voir si le bruit peut être atténué » explique Adeline Dorbani, responsable du pôle environnement développement durable à la SNCF Bourgogne Franche Comté.

Adeline Dorbani du pôle environnement développement durable à la SNCF

Des mesures de protection peuvent être mises en place. Les propriétaires les plus exposés au bruit seront prochainement contactés. S'ils le souhaitent, ils pourront bénéficier d'un accompagnement et effectuer des travaux de protection pour limiter les nuisances, des travaux à la charge du maître d’ouvrage. « La perception du bruit vient généralement des fenêtres » explique-t-on à la SNCF.

La crainte du bruit chez les riverains

A Bourogne, Michel Delanne habite tout près du passage à niveau. Il aura du mal à supporter la sonnerie. « C’est une nuisance désagréable. Lors d’une réunion, j’avais demandé si on était obligé d’avoir cette sonnerie. On m’a répondu que c’était une question de sécurité » explique le riverain. Michel Delanne, petit-fils du dernier chef de gare de Bourogne pour l’anecdote, a demandé à ce que l’on atténue le bruit de la sonnerie du passage à niveau. La SNCF lui a répondu que c’était à l’étude.

Record de décibels pour Andelnans

C'est à Andelnans que les maisons exposées au bruit sont les plus nombreuses. Une petite dizaine d’habitations se situent au-dessus des seuils d’exposition sonores autorisées. Etienne Richardot qui habite à vingt mètres de la ligne ne sait pas si sa maison rue des champs figure sur la fameuse liste mais un technicien de la SNCF est déjà venu faire des mesures chez lui. « Le bruit du roulement va me perturber, c’est certain. Depuis 1992, j’étais tranquille. La forêt avait repris sur la voie ferrée, il y avait même des biches dans le parc juste à côté. Maintenant, c’est un chantier, on dirait une autoroute» ajoute cet habitant d’Andelnans qui a toujours été contre la réouverture de ligne Belfort-Delle.

La plupart des habitants qui vivent tout près de la ligne redoutent aussi les effets du rayonnement électromagnétique de la ligne ferroviaire sur leurs appareils électriques (ordinateur, système d'alarme, ...)

Reportage à Bourogne et Andelnans de Nicolas Wilhelm