Transports

Bernard Cazeneuve à Orléans pour signer le transfert à la région de la gestion des lignes Intercités

Par Etienne Escuer, France Bleu Orléans vendredi 20 janvier 2017 à 7:20

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve à Orléans
Le Premier ministre Bernard Cazeneuve à Orléans © Radio France - Etienne Escuer

Le Premier Ministre Bernard Cazeneuve était de retour à Orléans, deux semaines après avoir inauguré l'hôpital de la Source.

A partir de 2018, la Région Centre-Val-de-Loire aura en charge la gestion des lignes Intercités. Trois sont concernées : Paris-Orléans-Tours, Paris-Bourges-Montluçon, Paris-Montargis-Nevers. Elles étaient auparavant gérées par l'Etat.

A ce jour, 6 régions ont récupéré la gestion des ligne Intercités. Le problème pour l'Etat, c'est que ces lignes sont déficitaires. Dans le cas des trois lignes du Centre-Val-de-Loire, le déficit est de près de 49 millions d'euros. C'est trop, estime Bernard Cazeneuve.

Les lignes ne correspondaient plus aux attentes des voyageurs. Elles sont tombées en désuétude, sont de moins en moins fréquentées. Leur déficit était devenu important, voire insoutenable." - Bernard Cazeneuve, Premier ministre

La région Centre-Val-de-Loire refuse de parler de cadeau empoisonné. L'accord passé avec l'Etat est en effet très avantageux. L'Etat assumera 100% du déficit en 2018 et 2019, 90% en 2020, 70% en 2011 et 50% à partir de 2022. Il s'est également engagé à acheter 39 nouvelles rames, et un centre de maintenance sera construit à Fleury-les-Aubrais. Le président de la région, François Bonneau, s'en réjouit.

"Nous avons obtenu les moyens de rénover la totalité du matériel et de l'entretenir. Nous avons aussi obtenu, à un niveau sensiblement supérieur à celui des autres régions, une compensation des charges de fonctionnement." - François Bonneau, président de la région Centre-Val-de-Loire

François Bonneau, président de la région Centre-Val-de-Loire, et Bernard Cazeneuve, Premier Ministre - Radio France
François Bonneau, président de la région Centre-Val-de-Loire, et Bernard Cazeneuve, Premier Ministre © Radio France - Etienne Escuer

Réactions mitigées chez les syndicats

Environ 20 militants CGT ont manifesté avant la venue du Premier Ministre. Pour le syndicat, ce transfert de gestion signifie la "destruction" des lignes Intercités. Phillipe Wanny, secrétaire de la section cheminot d'Orléans-Les Aubrais, estime que la région n'aura pas les moyens d'assurer la gestion des lignes à moyen ou long terme.

La région n'aura pas forcément les finances. Elle sera donc obligée de faire des choix, comme privilégier les bus, moins coûteux, au lieu des trains." - Phillipe Wanny, CGT

20 militants CGT étaient présents lors de la venue du Premier ministre Bernard Cazeneuve. - Radio France
20 militants CGT étaient présents lors de la venue du Premier ministre Bernard Cazeneuve. © Radio France - Etienne Escuer

La CFTC-Tranports, elle, est favorable au transfert de gestion. Surtout que la région a obtenu de bonnes garanties, entre les nouvelles rames et la prise en charge d'un partie de déficit, explique Philippe Goncalves, coordinateur national en charge du secteur ferroviaire.

La SNCF, qui gérait les lignes Intercités, les a laissées se péricliter. Les rames qui circulent datent des années 1970. En ramenant la gestion à la région, on peut penser qu'il y aura de meilleurs dessertes et correspondances." - Philippe Goncalves, CFTC-Transports

Le transfert de gestion sera effectif au 1er janvier 2018.