Transports

A Beynac, la départementale est en travaux jusqu'au mois de juin

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord mardi 17 janvier 2017 à 5:52

La départementale 703 va être fermée à la circulation pendant un mois.
La départementale 703 va être fermée à la circulation pendant un mois. © Maxppp - Frédéric Duchesnay

Afin d'agrandir la chaussée et les trottoirs de la départementale 703, la route qui longe la Dordogne est fermée pour un mois au moins et va rester en travaux jusqu'en juin.

Impossible de traverser Beynac. Depuis ce lundi 16 janvier et pour un mois au moins, la départementale 703 qui longe la Dordogne au pied de la falaise est fermée. Le temps d'élargir la route et les trottoirs.

Une déviation mise en place en amont

Ces travaux vont générer quelques tracas pour les automobilistes. Il va falloir contourner Beynac pendant au moins un mois. Il faudra emprunter la route du château pour traverser la commune. Une déviation a été mise en place bien en amont pour éviter de gros embouteillages. La circulation reprendra ensuite de façon alternée jusqu'au mois de juin.

La chaussée et les trottoirs vont être élargis.  - Radio France
La chaussée et les trottoirs vont être élargis. © Radio France - Valérie Dejean

Plus de deux millions d'euros de travaux

Les trottoirs de 90 centimètres vont se transformer en promenade piétonne de deux mètres quarante. La chaussée elle aussi sera élargie passant de quatre mètres quatre-vingts à six mètres dix, notamment au niveau d'un virage qui générait des bouchons sans fin lorsque les camions ou les caravanes s'y engouffraient. Enfin, les murs plongeant dans la Dordogne vont être refaits en pierre pour être plus esthétiques. A terme, les habitants de Beynac et surtout les automobilistes coincés par des camions ou des camping-cars l'été devraient y gagner. Les travaux vont coûter deux millions quatre cents mille euros.

Impossible de passer sur la départementale jusqu'à la mi-février au mieux. - Radio France
Impossible de passer sur la départementale jusqu'à la mi-février au mieux. © Radio France - Valérie Dejean