Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Contournement de Beynac

Beynac : "la justice a pris une décision, il faut la respecter" dit le ministre des collectivités territoriales

-
Par , , France Bleu Périgord

Le ministre chargé des collectivités territoriales Sébastien Lecornu était de passage en Dordogne ce vendredi soir pour soutenir la liste Renaissance de LaRem pour les Européennes. Sur le contournement de Beynac, il estime que "la justice a pris une décision et qu'il faut la respecter"

Le ministre chargé des collectivités territoriales Sébastien Lecornu
Le ministre chargé des collectivités territoriales Sébastien Lecornu © Maxppp - Maxppp

Périgueux, France

Le ministre chargé des collectivités territoriales Sébastien Lecornu était de passage en Dordogne ce vendredi soir pour un meeting de soutien à la liste Renaissance de LaRem pour les Européennes. 

Interrogé sur le devenir du contournement de Beynac, en vallée de la Dordogne, dont les travaux sont arrêtés depuis une décision du tribunal administratif de Bordeaux début avril, qui avait confirmé un arrêt du conseil d'Etat du 28 décembre, le ministre a été très clair.

"Ma position, c'est celle d'un ministre qui respecte l'Etat de droit. Et respecter l'Etat de droit, c'est respecter la décision du juge" dit-il

"J'ai lu des choses qu i m'ont un peu choqué ici ou là, comme si le gouvernement ou le président de la République ou un présentateur de télévision connu et reconnu _Stéphane Bern que j'aime beaucoup pouvait avoir une influence sur le Conseil d'Etat_".

"La justice a pris une décision, il faut la respecter" poursuit le ministre

Détruire ce qui a été fait ?

Et quand on demande à Sébastien Lecornu s'il faut détruire ce qui a été fait, comme l'impose théoriquement la décision du tribunal administratif, voici sa réponse : "le conseil d'Etat a pris une décision, il  faut la respecter. L'Etat de droit doit guider toutes nos actions. J'ai rencontré tous les parties prenantes de ce dossier, la députée Jacqueline Dubois, le président du département Germinal Peiro,  j'ai pu entendre voir les opinions de chacun, je pense aussi au sénateur Bernard Cazeau qui a présidé ce département, encore une fois le dossier était tellement avancé qu'au fond il était dans la main du juge, donc ce n'est pas le gouvernement qui a tranché, c'est le juge" conclue-t-il. *

" Je regrette qu’il préfère ignorer les procédures et ainsi, d’une certaine façon, mépriser les élus locaux, les Périgourdins et les collectivités qu'il est censé défendre !" Germinal Peiro, président du département de la Dordogne. 

Dans un communiqué ce vendredi soir, le président du conseil départemental Germinal Peiro a tenu à répondre à Sébastien Lecornu : " Il est pour le moins choquant et malvenu d’entendre aujourd’hui le ministre des collectivités locales prendre position (...). Plutôt que de faire part de son admiration pour un animateur de télévision, son rôle devrait consister à défendre la parole de l’Etat et du Premier Ministre en indiquant que l’Etat fera appel de la décision aux côtés de la collectivité départementale. Je regrette qu’il préfère ignorer les procédures et ainsi, d’une certaine façon, mépriser les élus locaux, les Périgourdins et les collectivités qu'il est censé défendre !"