Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Bientôt des bus au gaz naturel dans l'agglomération cherbourgeoise ?

jeudi 7 juin 2018 à 21:22 Par Adrien Bossard, France Bleu Cotentin

Depuis le mercredi 6 juin, quatre bus au gaz naturel sont testés à Cherbourg. Ils vont rester encore deux semaines et circulent sur les lignes 1, 3, 4 et 5 du réseau Zéphir. Ce test a été commandé par l'agglomération, elle qui doit renouveler pour moitié sa flotte de bus en 2020.

Des bus tels que celui-ci ne circuleront plus à Cherbourg d'ici 2025.
Des bus tels que celui-ci ne circuleront plus à Cherbourg d'ici 2025. © Radio France - Adrien Bossard

Cherbourg, Cherbourg-en-Cotentin, France

Vous les avez peut-être remarqué à Cherbourg : des bus qui roulent au gaz naturel. Ils sont quatre et vont rester encore deux semaines pour vous transporter notamment au travail sur les lignes 1, 3, 4 et 5  du réseau Zéphir. Ces bus sont prêtés par 4 constructeurs : Heuliez, Iveco, Mercedes et Man. GRDF met aussi à disposition une station de ravitaillement. 

Sortir du diesel d'ici 2025

Ce test a été commandé par l'agglomération pour sortir du diesel. Alors que d'autres alternatives au carburant existent comme l'hydrogène et l'électricité, le choix sera arrêté l'an prochain, en 2019. Les collectivités doivent, en effet, renouveler pour moitié leur flotte d'ici 2020, avant de passer à 100% de bus, dits propres ou verts, en 2025. C'est ce qu'impose la loi de transition énergétique.

Le projet à hydrogène abandonné

Seule certitude : l'agglomération cherbourgeoise abandonne le projet à hydrogène, trop contraignant et surtout trop coûteux.  Chaque bus de ce type coûte entre 300.000 et 500.000 euros, et c'est sans compter la station de recharge, qui s'approche du million. 

Ne reste plus que l'électricité mais surtout le gaz naturel, qui semble tenir la corde. Non seulement car c'est deux à trois fois moins cher, mais aussi parce que les premiers retours sur expérience à Cherbourg sont bons. Les élus se disent "satisfaits" des deux jours de tests sur les quatre lignes du réseau Zéphir. Ils se basent également sur l'exemple réussi de Quimper où les bus circulent au gaz naturel.