Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Bientôt un vélo en libre-service à Grenoble à côté du Métrovélo

dimanche 13 mai 2018 à 4:03 Par Lionel Cariou, France Bleu Isère

Un service de vélos en libre-service va faire son apparition cet été dans la Métropole grenobloise. 700 vélos devraient être déployés. La société Indigo Weel, présente dans cinq grandes villes, tiendraient la corde.

: Indigo Weel est disponible dans plusieurs villes à Lyon, Bordeaux, Tours, Angers, Metz et Toulouse.
: Indigo Weel est disponible dans plusieurs villes à Lyon, Bordeaux, Tours, Angers, Metz et Toulouse. - DR

Grenoble, France

Après Tours, Bordeaux, Metz, et Lyon, Indigo Weel a déployé ce lundi 23 avril ses vélos à Toulouse. Lille doit suivre. Et peut-être Grenoble. L’entreprise candidate a d’ailleurs déjà publié des annonces de recrutement dans la capitale des Alpes. Si le SMTC, en charge de l’organisation des transports dans l’agglomération grenobloise, a bien l’intention de déployer une offre en plus des Métrovélos dès cet été, le syndicat de transport ne fait aucun commentaire sur le choix de l’opérateur car les élus n’ont pas encore voté sur ce dossier. 700 vélos en libre-service devraient ainsi être proposés dans la Métropole. 

Pas de station mais une application pour débloquer le vélo

L’agglomération grenobloise compte à ce jour 7 000 Métrovélos (9 000 prévus en 2020), les fameuses bicyclettes jaunes en location lancées en 2004. À Toulouse, Indigo Weel propose un système différent avec ses vélos en libre-service. Mais contrairement au Vélib parisien ou au Vélo’v lyonnais, ici point de borne où l’on attache le deux-roues. Il s’agit d’un « vélo flottant » que l’on prend dans la rue et dont les roues se débloquent grâce à une application pour smartphone. Doté d’un panier et de pneus increvables, l’engin pèse 18 kilos. 

On ignore dans le détail comment fonctionnera le nouveau service à Grenoble. Mais à Toulouse, une zone de 10 km² dans laquelle on peut prendre ou déposer les vélos a été prédéfinie. Là-bas, les collectivités ne subventionnent pas les vélos ; le prestataire se finance grâce aux abonnements et à ses fonds propres. Les « vélos flottants », appelés ainsi car ils ne sont pas dépendants des bornes, ont connus des fortunes diverses. Les « Gobee bikes » déployés à Lille durant l’automne dernier ont été retirés au bout de deux mois. La société Gobee basée à Hong-Kong a aussi quitté Reims où la quasi-totalité de la flotte a été décimée par les vols et les dégradations… À Metz, la société Indigo Weel  assure que la proportion de vélos dégradés est inférieure à 5%.