Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Transports

Biganos : ils militent pour la création d'un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

jeudi 14 mars 2019 à 17:30 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde

Plutôt qu'une nouvelle route pour désengorger la RD3 entre Lège et Biganos un collectif citoyen du Bassin d’Arcachon et du Val de l’Eyre propose un transport en commun en site propre. Un tram ou un bus ou même un tram-train qui pourrait longer la piste cyclable existante.

Le collectif citoyen devant la gare de Biganos
Le collectif citoyen devant la gare de Biganos © Radio France - Stéphane Hiscock

Biganos, France

Ils militent pour une solution alternative au problème des embouteillages sur la RD3 qui relie Lège à Biganos sur le Bassin d'Arcachon. Une dizaine de membres d'un collectif citoyen distribuaient des tracts ce jeudi matin aux passagers devant la gare de Biganos. 

Nom de cette organisation : collectif citoyen transport en commun en site propre sur le bassin d’Arcachon et le Val de l’Eyre. Son souhait : la création d'une ligne de transport en commun en site propre. Un bus ou un tram qui circulerait parallèlement à la piste cyclable qui relie Lège à Biganos et même au delà, jusqu'à Belin-Béliet en passant par Mios dans le Val de l'Eyre.

Le conseil départemental envisage déjà de construire une nouvelle route pour désengorger la RD3 (15.000 véhicules par jour en été) mais selon ce collectif, cette nouvelle route serait un non-sens écologique.

Les acteurs institutionnels doivent prendre en compte la logique du transport en commun.  La solution routière ne répondra pas aux problèmes posés. — Christian Bayrand, membre du collectif

Christian Bayrand

Moins de voiture, plus de transports en commun : la question d'un tram ou d'un bus qui circulerait sur une voie dédiée est posée. Pour autant cette solution ne semble pas faire partie aujourd'hui des plans du conseil départemental.