Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Billets plus chers à bord des TER : la SNCF suspend sa mesure

La surtaxe pour les voyageurs prenant leur billet à bord d'un train est suspendue. Cette mesure pénalisait les usagers qui n'avaient plus ni guichet ni distributeur automatique dans leur gare. Pour régler le problème, la Région veut rendre possible la vente de billets de TER dans les commerces.

Le moratoire court jusqu'au 31 décembre 2019.
Le moratoire court jusqu'au 31 décembre 2019. © Radio France - Pascal Roche

Pays de la Loire, France

La mesure controversée est suspendue (au moins) jusqu'au 31 décembre 2019. La SNCF accepte finalement un moratoire sur sa réforme du prix du billet de TER en région Pays de la Loire. Depuis mars 2019, l'entreprise de transport appliquait une surtaxe importante pour les voyageurs qui achetaient leur billet dans le train. Sauf que certains Ligériens n'avaient d'autre choix que de prendre leur ticket à bord car il n'existe plus ni guichet ni distributeur automatique dans leur gare. Exemple : pour les voyageurs montant à Laigné-en-Belin (Sarthe), le billet pour le Mans (15 km) leur coûtait 2€. Mais avec la réforme, le prix atteint théoriquement 10€. Et plus le trajet est long, plus la majoration est importante. Ainsi, cette surtaxe est, par exemple, de 15€ depuis Aubigné-Racan, dans le Sud Sarthe en direction du Mans (environ 40km). Soit au total, un prix de billet trois fois plus élevé. 

Une possible prolongation du moratoire 

L'objectif de la SNCF à travers cette réforme est de lutter contre la fraude en évitant que les usagers ne payent que s'ils voient un contrôleur dans le train. L'entreprise de transport veut aussi accélérer la dématérialisation des billets, en incitant ses clients à faire leur commande sur leur smartphone. 

LIRE AUSSI : Les buralistes des Pays de la Loire testent la vente des billets de trains 

Cette mesure, même si elle ne concerne que les voyageurs occasionnels (pas les abonnés, par définition) est vivement critiquée par les associations de voyageurs qui dénoncent une injustice et une double peine. Car de nombreux Ligériens, surtout parmi les plus âgés, n'ont pas accès à Internet ou ne savent pas s'en servir. La Région qui finance en bonne partie les TER veut donc que dans les communes où il n'y a ni guichet ni distributeurs automatiques, les billets soient vendus dans les commerces les plus proches. "S'il le faut, nous demanderons à la SNCF une prolongation du moratoire, le temps de mettre en place une solution", assure Roch Brancour, vice-président de la Région Pays de la Loire en charge des transports. 

"Un abandon du service public en zone rurale"

"Cette éventualité est une simple rustine!", dénonce Pascal Gaulin, membre d'un collectif d'usagers des TER de la ligne Le Mans - Tours et adhérent à la FNAUT (Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports). "Le commerce n'est pas ouvert en permanence", relève le Sarthois. "Son activité peut cesser, par exemple, à l'occasion d'un départ en retraite. Et dans ce cas, il n'y a plus de point de vente". Le représentant de voyageurs fustige "un abandon du service public dans le monde rural" et affirme son opposition à cette mesure en Région Pays de la Loire. 

Choix de la station

France Bleu