Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Bordeaux : la fermeture du pont de pierre prolongée jusqu'à l'été 2018

lundi 22 janvier 2018 à 12:47 - Mis à jour le lundi 22 janvier 2018 à 14:45 Par Stéphanie Brossard, Pierre-Marie Gros et Thomas Coignac, France Bleu Gironde

L'expérimentation continue à Bordeaux. La circulation reste interdite aux voitures, aux poids lourds et aux deux-roues motorisés sur le pont de pierre jusqu'à la fin juin. En comité de suivi ce lundi matin, les élus de la Métropole ont décidé de prolonger l'expérience menée depuis le 1er août 2017.

Expérience prolongée de six mois de plus sur le pont de pierre
Expérience prolongée de six mois de plus sur le pont de pierre © Radio France - Pierre-Marie Gros

Le pont de pierre à Bordeaux restera fermé pour six mois supplémentaires aux véhicules motorisés.  Le comité de pilotage de Bordeaux-Métropole, chargé du suivi de l'expérience menée depuis le 1er août 2017, l'a décidé ce lundi matin. Il a voté cette poursuite de l'expérimentation à la quasi-unanimité. Seuls les maires de Carbon-Blanc, Alain Turby, et celui d'Ambès, Kevin Subrenat n'ont pas voté pour. Tous deux contestent la temporalité, puisqu'ils auraient préféré attendre la mise en service du pont Simone-Veil.

La poursuite de l'expérimentation sur le pont de Pierre  sera accompagnée de mesures d'accompagnement des commerçants de l'avenue Thiers, et d'une réorganisation de la circulation place Stalingrad. - Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole. 

C'est en quelque sorte une surprise, car on s'attendait qu'une décision définitive soit prise, et que la mesure soit pérennisée. puis l'expérimentation a déjà été prolongée à deux reprises.

Dès la rentrée de septembre, Alain Juppé, le maire de Bordeaux, et ses collègues maires de la rive droite avaient dit tout le bien qu'ils pensaient de l'expérience entrée en vigueur le 1er août 2017 : pas de bouchon supplémentaire entre la rive droite et le centre de Bordeaux, une augmentation importante du nombre de cyclistes sur le pont de Pierre, et "une amélioration spectaculaire de la qualité de l'air. 

Des compensations pour les commerçants

Mais la mesure est loin de faire l'unanimité :  les motards et une partie des commerçants de la rive droite ont manifesté en fin de semaine dernière, pour dénoncer "la chute de leur chiffre d'affaires", et "les restrictions de circulation". Pour les satisfaire, Alain Juppé a annoncé plusieurs mesures en faveur des commerces sur l'avenue Thiers. Ainsi, des arrêts minute seront mis en place à plusieurs endroits. La mairie étudiera aussi une exemption du droit de voirie pour les commerçants les plus en difficulté. La circulation sera aussi ré-organisée sur la place Stalingrad, où il sera possible de faire demi-tour en venant de l'avenue Thiers, d'ici fin juin. 

Par ailleurs, le pont François-Mitterrand passera à quatre voies de la circulation dans le sens rive droite-rive gauche, en prenant une voie supplémentaire sur la bande d'arrêt d'urgence. La piste cyclable y sera supprimée : "il y a 700 cyclistes, contre 9 000 sur le pont de pierre, il ne faut pas en faire un enjeu majeur", dit Alain Juppé.