Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Transports

Bordeaux : les covoitureurs pourront bientôt se garer gratuitement en ville

mercredi 13 mars 2019 à 20:46 Par Laurine Benjebria, France Bleu Gironde et France Bleu

INFO FRANCE BLEU GIRONDE - La mairie de Bordeaux veut encourager le covoiturage quotidien. Nicolas Florian propose d'expérimenter le stationnement gratuit pour les covoitureurs. Une expérimentation qui doit voir le jour avant l'été et dont les modalités seront précisées la semaine prochaine.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Bordeaux, France

Ce sera la première mesure forte de Nicolas Florian depuis son élection à la tête de Bordeaux. Le nouveau maire veut encourager la pratique du covoiturage au quotidien, et pour ça il propose l'idée d'un stationnement gratuit. Concrètement, les automobilistes faisant du covoiturage pourront se garer sur des places de parking qui leur seront réservées, sur le même modèle que les places dédiées aux personnes à mobilité réduite. Cette mesure sera expérimentée avant cet été et Nicolas Florian en précisera les modalités la semaine prochaine. France Bleu Gironde vous en dévoile les grandes lignes.

Des places dédiées aux covoitureurs

L'idée de cette mesure, ce sera de mettre en place des places de parking en surface réservées aux automobilistes pratiquant le covoiturage. Des places qui seront donc visibles par une signalétique, soit au sol, soit sur des panneaux. 

Pour le moment, l'on ne sait pas encore combien de places verront le jour, ni où elles seront situées.

Un macaron spécifique ou un plan mobilité

Pour se garer sur ces places de covoiturage sans risquer l'amende, il faudra donc être visible. Distinguer les covoitureurs des simples automobilistes. Là encore, les modalités ne sont pas encore fixées. La mairie évoque l'idée d'un nouveau macaron accolé au pare-brise. Reste à savoir comment se le procurer : faudra-t-il s'abonner à une plateforme en ligne ? Les covoitureurs devront-ils en faire la demande auprès de la mairie ?

Nicolas Florian envisage aussi un lien avec les entreprises, au travers un plan mobilité. Et là ce sera donc aux entreprises d'inciter leurs salariés à faire du covoiturage. Pour accéder aux places de parking gratuites, on peut donc imaginer que les salariés auront à s'inscrire auprès de leur boite.

Mardi, lors de son discours de présentation du World Impact Summit qui se tiendra en mai à Bordeaux, Nicolas Florian a assuré que les annonces seront faites au courant de la semaine prochaine. Mais selon nos informations, l'expérimentation sera lancée avant cet été. Ce sera sa première mesure forte en tant qu'édile de Bordeaux, et une main tendue vers l'opposition municipale. 

Donner un droit de stationnement pour quelqu'un qui va faire du covoiturage sur 500 mètres ou un kilomètre, ça n'a pas de sens" - Nicolas Guenro

Le conseiller municipal socialiste Nicolas Guenro appelle toutefois à la vigilance : "à condition de ne pas créer non plus un appel d'air pour des gens qui avaient l'habitude de garer leur voiture dans des parkings relais et de prendre le tram, et qui vont à ce moment-là reprendre la voiture". Pour ce conseiller municipal et directeur général de Citiz Bordeaux, d'autres mesures pourraient avoir un plus gros impact écologique, notamment en lien avec la rocade. "La vraie mesure attendue sur le covoiturage, c'est de réserver par exemple la troisième voie au covoiturage ou de privilégier les grandes voies pénétrantes à Bordeaux aux gens qui covoiturent", explique Nicolas Guenro.