Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Bordeaux métropole : un plan vélo pour développer l'usage du vélo hors de Bordeaux-centre

-
Par , France Bleu Gironde

12% de cyclistes en plus dans la métropole bordelaise depuis janvier, par rapport à 2016. Cela concerne surtout le centre-ville de Bordeaux, mais dans la périphérie, c’est plus compliqué : moins de pistes cyclables, moins de vélos en libre-service. C'est l'un des axes de travail de la Métropole.

Il n'est pas toujours facile de circuler à vélo entre les différentes communes de la métropole bordelaise.
Il n'est pas toujours facile de circuler à vélo entre les différentes communes de la métropole bordelaise. © Maxppp -

Bordeaux, France

Difficile de circuler à vélo quand on passe les barrières de Pessac, de Saint-Genès ou d'Ornano. Les pistes cyclables se font plus rares et les situations sont parfois plus dangereuses. Les cyclistes le dénoncent, comme l'association Vélocité, qui veut promouvoir le vélo dans la métropole. La métropole qui justement renouvelle son plan vélo avec pour objectif de développer l'usage du vélo dans toutes les communes.

►►► LIRE AUSSI | Bordeaux : le nombre de cyclistes en forte hausse sur la métropole

A Pessac Centre, entre midi et deux, on ne se presse pas à la station v3, les vélos en libre-service, seulement six vélos ont été empruntés sur les 21 disponibles. Pour Jordan, 29 ans, c'est normal: "Il n'y a pas assez de stations v3, moi par exemple, je dois le poser à Pessac centre et ensuite marcher un quart d'heure pour rentrer chez moi alors que j’habite vers cité universitaire. Il pourrait il y avoir une station là-bas." Laetitia, elle, a investi il y a une semaine dans son propre vélo, un vélo bleu plutôt élégant. Il lui sert à faire les trajets entre l'université et Pessac centre où elle vit. Mais ses premiers pas de cyclistes l'ont un peu perturbée: "Au début de mon trajet, il y a des pistes cyclables, puis après plus rien, quand il y a trop de circulation, je suis obligée de rouler sur le trottoir, même si bon c'est pas très bien."

Martine, elle, fait parfois le trajet entre Bordeaux et Pessac, et la sexagénaire a décidé de ne plus prendre les barrières trop dangereuses: "Avec les bus, les utilitaires, qui nous frôlent, je me sens pas en sécurité!" Les pistes cyclables font environ 60 cm de largeur. C'est trop peu pour Oriane Hommet, coordinatrice de l'association Vélocité, il faut améliorer les pistes qui sont sur les barrières et surtout créer plus de pistes cyclables entre les communes de la métropole. "Il faut aussi préserver ce qui existe déjà comme la piste cyclable du pont François Mitterrand, qui doit être supprimée dans les prochaine années."

Des vélos électriques loués par les communes de la métropole

La métropole a justement un plan vélo qui repose sur plusieurs axes. D'abord, créer une trentaine de nouvelles stations v3, déplacer celles qui sont peu ou pas utilisées et en agrandir d'autres. Mais aussi faire de nouvelles pistes cyclables : "Il faut mieux aménager les routes notamment vers les zones industrielles de Mérignac, parce que ce sont des zones dangereuses pour les cyclistes quand il y a de la circulation", Brigitte Terraza, vice-présidente de Bordeaux métropole, en charge des modes de transports alternatifs. La métropole veut aussi améliorer l'aménagement entre les communes, les 28 maires membres se sont réunis pour déterminer à l'aide de cartes quelles sont les zones les plus urgentes à aménager. "On ne peut pas tout faire tout de suite, il y a 700 discontinuités cyclables, des endroits où les pistes s'arrêtent. On ne pourra pas tout faire d'un coup !"

Brigitte Terraza, vice-présidente de Bordeaux métropole en charge des modes de transport alternatifs

Mais Brigitte Terraza veut aussi inciter à l'achat de vélos électriques, plus adaptés à de longs trajets. "Il existe déjà une aide de 25% du prix du vélo sous condition de revenu et on va investir dans une flotte de vélo avec des vélos électriques qu'on prêtera pour 25 euros le mois aux habitants de la métropole, parce qu'une fois qu'on a essayé le vélo électrique, on l'adopte !" Toutes les communes pourront proposer ces vélos à la location. Le but de la métropole reste le même : Inciter les gens à prendre de plus en plus le vélo pour diminuer le nombre de voitures en ville.

On saura d'ici la fin du mois de janvier si la fermeture du Pont de Pierre aux voitures, aux poids lourds et aux 2 roues motorisés est définitive ou pas à Bordeaux.