Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Bordeaux : nouveau retard en perspective pour le chantier du pont Simone Veil

-
Par , France Bleu Gironde

Le tribunal administratif de Bordeaux a refusé de valider l'accord passé entre Bordeaux Métropole et le groupe Fayat, pour permettre aux travaux de redémarrer sur le futur pont Simone Veil, entre Floirac et Bègles. Le chantier a déjà trois ans de retard. Il en aura encore un peu plus.

Le pont Simone Veil doit relier Floirac et l'Arkéa Arena à Bègles
Le pont Simone Veil doit relier Floirac et l'Arkéa Arena à Bègles © Maxppp - Cottereau Fabien

Bordeaux, France

Bordeaux Métropole entend faire appel. Mais impossible de dire quand les travaux du futur pont Simone Veil entre Floirac et Bègles vont pouvoir reprendre. Le tribunal administratif de Bordeaux vient de retoquer la transaction sur laquelle s'étaient accordés il y a quelques mois, les élus (Alain Juppé à l'époque) et le groupement en charge de la construction du pont, qui dépend du groupe Fayat. L'accord avait permis de relancer le chantier, interrompu alors depuis neuf mois. Sauf que le tribunal administratif de Bordeaux l'estime déséquilibré. Les concessions financières faites par la collectivité (et donc par le contribuable), au profit du privé, seraient trop importantes. 

"Cette décision nous a beaucoup surpris", commente Patrick Bobet, le président de Bordeaux Métropole. D'autant, explique-t-il, que la Métropole n'avait "aucune obligation de demander cette homologation". Patrick Bobet poursuit : "Nous l'avons fait pour deux raisons : sécuriser cet accord entre les deux parties en toute transparence et équité, et le sécuriser également vis-à-vis des concurrents non retenus au moment du marché initial". Il s'agissait de faire en sorte que "cette transaction ne soit pas perçue par eux comme un arrangement plus ou moins réglementaire". "Bien sûr nous faisons appel" conclut-il. 

En 2017, Bordeaux Métropole avait confié au groupement conduit par la société Razel-Bec, la construction du pont Simone-Veil pour un montant de 70 millions d’euros. Moins d’un an plus tard, Bordeaux Métropole et Fayat s'opposaient sur le procédé technique de construction, et le nouveau coût engendré par les modifications envisagées. L'ouverture du pont Simone Veil était alors prévu pour 2023 au lieu de 2020 au mieux. Avec ce nouvel épisode, judiciaire, le chantier du sixième pont de l'agglomération, envisagé dès le milieu des années 90, est donc à nouveau stoppé.