Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Transports

Bordeaux : trois ans et l'heure du bilan pour les voitures Bluecub

mardi 10 janvier 2017 à 4:00 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

Il y a trois ans, le service d'autopartage du groupe Bolloré se lançait dans l'agglomération bordelaise. Aujourd'hui, il a conquis 6 650 abonnés, s'est étendu jusqu'à Arcachon et réalise des performances très correctes par rapport à d'autres villes. Mais certains exemples incitent à la prudence.

Les voitures Bluecub fêtent leurs trois ans
Les voitures Bluecub fêtent leurs trois ans © Radio France - Thomas

Bordeaux, France

Vous les avez certainement croisées dans les rues de Bordeaux, ou aperçues en train de charger sur leur places réservées. Vous les avez peut-être même louées pour un trajet rapide. Et vous les avez surtout vues se développer. Car lorsque les voitures Bluecub étaient lancées le 9 janvier 2014, elles n'étaient utilisées que par 200 abonnés. Aujourd'hui, le chiffre a bondi, et est en constante évolution. Le nombre d'abonnés a ainsi augmenté de 50% par rapport à septembre 2015. Et, après avoir tenté de convaincre les Arcachonnais et les touristes du bassin, le réseau s'attaque à une nouvelle cible : les jeunes. Il vient ainsi de mettre en place un abonnement à 12 € par an pour les moins de 25 ans (contre 99 € à plein tarif), un service déjà mis en place chez sa grande soeur lyonnaise Bluely. Et il compte deux stations à proximité du campus de Pessac/Talence.

Le mauvais exemple parisien

Elles s'ajoutent aux 70 autres situées dans l'agglomération bordelaises, contenant 380 bornes de rechargement, sur lesquelles tournent 200 véhicules électriques. Des chiffres qui permettent à Bluecub d'être très largement le premier service d'autopartage bordelais, puisque son concurrent Cityz, ne compte que 31 stations et 1500 abonnés. Pourtant, la question de la rentabilité risque de se poser pour le groupe Bolloré. D'une part, parce qu'il évolue dans un secteur extrêmement concurrentiel, avec les présences, plus ou moins sur le même secteur, des géants BlaBlaCar et Uber, mais aussi des services de locations de voitures entre particuliers, comme Ouicar, ou Koolicar. Et puis, d'autre part, parce que les chiffres d'Autolib, la tête de gondole du réseau Bolloré, implanté en région parisienne, ne rassurent pas. Malgré plus de 130 000 abonnés, le service de location a enregistré près de 180 millions d'euros de déficit en 2016. De quoi empêcher François-Xavier Gardère, directeur de BlueCub, de tomber dans l'euphorie.