Transports

Dorans : des locataires menacés d'expulsion à cause du nouvel échangeur de Sevenans

Par Hajera Mohammad, France Bleu Belfort-Montbéliard mercredi 12 octobre 2016 à 6:10

Les travaux du réaménagement de l'échangeur de Sevenans ont démarré. Vue du chantier à Botans
Les travaux du réaménagement de l'échangeur de Sevenans ont démarré. Vue du chantier à Botans © Radio France - Simon Cardona

Les travaux de réaménagement de l'échangeur de Sevenans, entre Belfort et Montbéliard, ont démarré depuis quelques jours. L'objectif : désengorger le trafic. Mais à Dorans, une quinzaine de locataires d'un immeuble vont devoir quitter leur logement à cause de ce chantier.

L'actuel échangeur de Sevenans ne suffit plus à fluidifier le trafic entre Belfort et Montbéliard. Les bouchons se multiplient, notamment depuis l'arrivée de la gare TGV en 2011. Et l'ouverture de l'hôpital Nord Franche-Comté, début 2017, ne va pas arranger les choses. Aujourd'hui, près de 55.000 voitures passent tous les jours sur cette portion de l'A36 et ce sont près de 25.000 véhicules par jour, sur la RN 1019. Les travaux qui viennent de commencer vont durer trois ans. Pour le moment, les tracteurs et camions, présents au bord de l'A36, se chargent du "remblaiement de gravière" explique Charline Schwartz, chef du district Belfort-Montbéliard chez APRR, la société d'autoroute chargée des travaux.

"Il s'agit de combler les étangs avec des gravats. Les camions transportent les cailloux, sur une partie de la bande d'arrêt d'urgence sur l'A36 qui a été neutralisée pour l'occasion" explique Charline Schwartz. Cette première phase, de préparation du terrain, doit s'achever en novembre. Les gros travaux avec la construction des ponts et du nouvel échangeur, au niveau de Botans, commenceront dès l'an prochain.

Une quinzaine de locataires menacés d'expulsion

Le coût du chantier s'élève à 120 millions d'euros et il sera entièrement pris en charge par la société APRR. Mais certains habitants vont aussi devoir payer à leur manière et sans le vouloir, le prix. À Dorans, la propriétaire d'un immeuble sur la route nationale, est expropriée pour les besoins de ces travaux. Son terrain et son immeuble sont sur le tracé du chantier. Si, elle, recevra une indemnité, ce n'est pas le cas de la quinzaine de locataires à l'intérieur. La plupart ont appris la nouvelle, il y a deux semaines seulement. "Au début c'était un bruit de couloir et puis la propriétaire l'a confirmé. C'est inquiétant, on venait enfin de trouver un endroit où s'installer avec une chambre pour notre fils" déplore Coralie, une jeune maman.

On ne nous propose aucune solution de relogement- Ludovic, locataire depuis 10 ans

Ludovic, locataire depuis 10 ans, est en colère. "On ne nous propose rien, pas de solution de relogement. Je me demande si je ne vais pas finir par m'acheter une tente pour dormir dans un champ" , affirme-t-il. Il en veut à APRR et à la mairie de Dorans qui n'ont "tenu au courant personne" dit-il. Le maire de la commune, lui, préfère rester prudent. Daniel Schnoebelen affirme n'avoir reçu aucun document officiel lui confirmant cette expropriation. Il rappelle que le préfet doit rendre ses conclusions d'ici quatre semaines, après étude de l'enquête publique sur ce projet d'échangeur.

Immeuble à Dorans, exproprié, à cause des travaux sur l'échangeur de Sevenans. - Radio France
Immeuble à Dorans, exproprié, à cause des travaux sur l'échangeur de Sevenans. © Radio France - Simon Cardona

Ludovic, locataire à Dorans : "Je me demande si je ne vais pas m'acheter une tente"

Partager sur :