Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

VIDÉO - Le premier péage de France sans barrière sur l'Autoroute A4

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord

A partir du mercredi 20 mars, il y aura un péage sans barrière sur l'A4, mais pas sans payer. Le péage de Boulay devient le premier en France entièrement équipé de ce système. Dans la cabine du péage, Nicole Klein se prépare, avec ses collègues, à tourner une page. Témoignage.

Nicole Klein aura passé 21 ans au péage de Boulay.
Nicole Klein aura passé 21 ans au péage de Boulay. © Radio France - François Pelleray

Boulay-Moselle, France

A partir du mercredi 20 mars, le péage de Boulay sur l’autoroute A4 sera le premier en France à tester entièrement le système du péage sans barrière. Au Portugal, toutes les autoroutes en sont équipées. La Sanef a donc choisi d’adopter ce système afin de fluidifier le trafic. Notez que l'entrée sur l'A4 dans le sens Boulay-Metz sera fermée la veille, mardi, à partir de 9h30 et jusqu'au lendemain matin à 6 heures.

Des caméras liront les plaques d’immatriculation. Les automobilistes paieront soit avec leur télépéage, soit à une caisse juste derrière le portique, soit par prélèvement bancaire ou alors dans un délai de 10 jours sur le site de la Sanef

Passer à 50 km/heure

Et pour ceux qui "auraient oublié de payer", un courrier d'explication leurs sera envoyé. Si on ne règle pas sa dette, le tarif est majoré de 20 euros. Et la dernière étape, c'est une amende de 75 euros.  Et pour retrouver les conducteurs étrangers mauvais payeurs, il existe des accords entre Etat, comme pour les PV d'excès de vitesse. L'enjeu pour la société d'autoroute est de gommer la bête noire des automobilistes et des routiers, les bouchons. On pourra passer ces péages sans barrière à 50 km/h.

21 ans au péage de Boulay

Nicole Klein aura passé 21 ans dans les cabines de ce péage de Boulay, plus 10 ans auparavant à la barrière de Saint-Avold. Elle a acquis une sérieuse expérience face aux automobilistes agacés : "On est la première personne sur laquelle le client se décharge. Mais on ne doit pas entrer dans ce jeu, calmer la situation avec humour. Je réponds que je vais faire remonter l’information. Mais il ne faut surtout pas se mettre en colère comme lui. C’est vrai que c’est quand même un peu dur de se faire gronder, mais il faut passer à autre chose très vite car le client suivant n’y est pour rien". 

En huit heures de travail, Nicole voit passer 1.200 clients. Quand elle a commencé, il y en avait trois fois moins. Aujourd'hui, c'est plus intense, et certains ne font même pas attention à elle. "Le téléphone portable a changé les comportements, les gens continuent leur discussion, mais moi je leur dis bonjour merci et au revoir même s’ils ne me répondent pas".

Des automobilistes informés grâce à France Bleu Lorraine

Nicole a ses habitués, qu'elle a vu grandir. Et à qui elle rend plus que la monnaie : "Parfois, je les informe des difficultés de circulation que j’entends sur France Bleu Lorraine". La page sera donc difficile à tourner : "Les clients, les habitués vont me manquer. Même certains me disent que je vais leurs manquer. C’est dur quand même".

Après Boulay, le sourire de Nicole servira toujours à apaiser les automobilistes, mais ce sera à la barrière de Saint-Avold, pour assister ceux qui se sont trompés de file.

Nicole Klein reprendra du service à la barrière de Saint-Avold. - Radio France
Nicole Klein reprendra du service à la barrière de Saint-Avold. © Radio France - François Pelleray
Choix de la station

France Bleu