Transports

Brest : action des opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Par Annaïg Haute et Hervé Cressard, France Bleu Breizh Izel mercredi 13 janvier 2016 à 16:59

Vers 9h, les militants ont été repoussés pour que la circulation reprenne.
Vers 9h, les militants ont été repoussés pour que la circulation reprenne. © Radio France - Hervé Cressard

Une soixantaine d'opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes a organisé des barrages filtrants sur deux ronds-points brestois, ce mercredi 13 janvier au matin. La police est intervenue pour les déloger.

Quelques palettes et des pneus ont suffi à bloquer les ronds-points stratégiques. A la clef, plus de 5 km de bouchons avant le Pont de l’Iroise, pour les automobilistes qui arrivent depuis le sud Finistère. A 9h, les policiers interviennent pour la seconde fois, pour faire rebrousser chemin aux manifestants.

Les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont distribué des tracts et des gâteaux, et allumé des feux. Brestois pour la plupart, ces militants associatifs ou écologistes sont des habitués des manifestations locales, comme celle contre la future centrale à gaz de Landivisiau.

Un militant revendique : "Des actions assez soft pour l’instant mais qui vont monter en puissance si l’Etat veut attaquer la  Zad !"

Krys, l’un de leurs porte-paroles, explique qu’au-delà de ce rassemblement brestois, la mobilisation est importante : « Le soutien est national, il y a 200 comités de soutien en France, qui sont mobilisés aujourd’hui, avec des actions assez soft pour l’instant mais qui vont monter en puissance si l’Etat veut attaquer la zone de Notre-Dame-des-Landes ! Ecologiquement, c’est une zone exceptionnelle, par sa faune et sa flore. C’est un choix politique qu’elle ne soit pas classée en Natura 2000. »

Symboliquement, ils s’étaient rassemblés devant le tribunal de Grande instance sur le port. A Quimper aussi un rassemblement avait lieu devant le tribunal avant une distribution de tracts à la gare.

Cette mobilisation vient en écho au rassemblement contre l’audience nantaise qui portait sur l’expulsion d’habitants historiques de la Zad. La décision du tribunal sera rendu le 25 janvier.